Intéressant

Biographie: Levy Patrick Mwanawasa

Biographie: Levy Patrick Mwanawasa



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Née: 3 septembre 1948 - Mufulira, Rhodésie du Nord (maintenant Zambie)
Décédés: 19 août 2008 - Paris, France

Jeunesse
Levy Patrick Mwanawasa est né à Mufulira, dans la région de la Copperbelt en Zambie, qui fait partie du petit groupe ethnique des Lenje. Il a fait ses études à l'école secondaire de Chilwa, dans le district de Ndola, et a étudié le droit à l'Université de Zambie (Lusaka) en 1970. Il a obtenu un baccalauréat en droit en 1973.

Mwanawasa a commencé sa carrière en tant qu’assistant dans un cabinet d’avocats à Ndola en 1974, il a été admis au barreau en 1975 et a créé son propre cabinet d’avocats, Mwanawasa and Co., en 1978. En 1982, il a été nommé vice-président de la Law Association of Zambie et entre 1985 et 86 était le solliciteur général zambien. En 1989, il a défendu avec succès l'ancien lieutenant-général Christon Tembo, vice-président, ainsi que d'autres personnes accusées d'avoir planifié un coup d'État contre le président de l'époque, Kenneth Kaunda.

Début de carrière politique
Lorsque le président zambien Kenneth Kaunda (UNIP) a approuvé la création de partis d'opposition en décembre 1990, Levey Mwanawasa a rejoint le Mouvement pour la démocratie multipartite (MMD) nouvellement créé sous la direction de Fredrick Chiluba.

Les élections présidentielles d'octobre 1991 ont été remportées par Frederick Chiluba, qui a pris ses fonctions (le deuxième président de la Zambie) le 2 novembre 1991. Mwanawasa est devenu membre de l'Assemblée nationale pour la circonscription électorale de Ndola et a été nommé vice-président et président de l'Assemblée par le président Chiluba.

Mwanawasa a été grièvement blessé dans un accident de voiture en Afrique du Sud en décembre 1991 (son aide est décédé sur place) et a été hospitalisé pendant une longue période. En conséquence, il a développé un trouble de la parole.

Désillusionné par le gouvernement de Chiluba
En 1994, Mwanawasa démissionna de ses fonctions de vice-président, estimant que son poste était de moins en moins pertinent (car il était à plusieurs reprises mis à l'écart par chiluba) et que son intégrité avait été "mise en doute" à la suite d'une dispute avec Micheal Sata, ministre sans portefeuille le gouvernement MMD. Sata allait plus tard défier Mwanawasa à la présidence. Mwanawasa a publiquement accusé le gouvernement de Chiluba de corruption endémique et d'irresponsabilité économique, et a laissé son temps à son ancienne pratique juridique.

En 1996, Levy Mwanawasa s'est opposé à Chiluba pour la direction du MMD, mais a été complètement battu. Mais ses aspirations politiques n'étaient pas terminées. Lorsque la tentative de Chiluba de modifier la constitution de la Zambie pour lui permettre un troisième mandat échoua, Mwanawasa reprit une nouvelle fois sa place - il fut adopté par les MMD en tant que candidat à la présidence.

Président Mwanawasa
Mwanawasa n’a remporté qu’une victoire serrée lors des élections de décembre 2001, bien que le résultat de son scrutin, qui s’élevait à 28,69% des suffrages exprimés, était suffisant pour lui permettre de remporter la présidence sur le système uninominal à un tour. Son rival le plus proche, Anderson Mazoka, sur dix autres candidats, a reçu 26,76%. Le résultat de l'élection a été contesté par ses adversaires (en particulier par le parti de Mazoka, qui a affirmé avoir gagné). Mwanawasa a été assermenté le 2 janvier 2002.

Mwanawasa et le MMD manquaient d'une majorité générale à l'Assemblée nationale - en raison de la méfiance des électeurs envers un parti que Chiluba avait discrédité, à cause de la tentative de Chiluba de conserver le pouvoir et parce que Mwanawasa était considéré comme une marionnette de Chiluba (Chiluba conserva le poste de Président du parti MMD). Mais Mwanawasa a rapidement pris ses distances par rapport à Chiluba, entamant une campagne intensive contre la corruption qui avait touché le MMD. (Mwanawasa a également aboli le ministère de la Défense et a pris le portefeuille en charge, retirant ainsi 10 officiers supérieurs de l'armée.)

Chiluba a quitté la présidence du MMD en mars 2002 et, sous la direction de Mwanawasa, l'Assemblée nationale a voté en faveur de la levée de l'immunité de l'ancien président aux poursuites (il a été arrêté en février 2003). Mwanawasa a vaincu une tentative similaire visant à le destituer en août 2003.

Mauvaise santé
La santé de Mwanawasa a suscité des inquiétudes après avoir été victime d'un accident vasculaire cérébral en avril 2006, mais il s'est suffisamment rétabli pour se présenter à nouveau à l'élection présidentielle - gagnant avec 43% des voix. Son concurrent le plus proche, Michael Sata du Front patriotique (PF), a reçu 29% des voix. Sata a généralement invoqué des irrégularités de vote. Mwanawasa a subi un deuxième accident vasculaire cérébral en octobre 2006.

Le 29 juin 2008, quelques heures avant le début du sommet de l'Union africaine, Mwanawasa a eu un troisième accident vasculaire cérébral - apparemment beaucoup plus grave que les deux précédents. Il a été envoyé en France pour un traitement. Les rumeurs de sa mort ont rapidement circulé, mais ont été rejetées par le gouvernement. Rupiah Banda (membre de l'United National Independence Pary, UNIP), qui avait été vice-président lors du second mandat de Mwanawasa, est devenue présidente par intérim le 29 juin 2008.

Le 19 août 2008, à l'hôpital de Paris, Levy Patrick Mwanawasa est décédé de complications liées à son accident vasculaire cérébral antérieur. On se souviendra de lui comme d’un réformiste politique qui aurait obtenu un allégement de sa dette et conduit la Zambie pendant une période de croissance économique (en partie renforcée par la hausse internationale du prix du cuivre).


Voir la vidéo: Zambia's President Levy Mwanawasa reported to have died (Août 2022).