Nouveau

Regard sur Pornai, les prostituées de la Grèce antique

Regard sur Pornai, les prostituées de la Grèce antique



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

""Pornai" est le mot grec ancien qui signifie "prostituée" (porne, au singulier). Il peut également être traduit par "femme achetable". Du grec, le mot pornai désigne le mot anglais pornography.

La société grecque antique était assez ouverte à la pratique du plus vieux métier du monde. La prostitution était légale à Athènes, par exemple, tant que les ouvrières étaient des esclaves, des femmes libérées ou des métiques (des étrangers de la Grèce antique ayant des droits limités, semblables à ceux des résidents légaux aux États-Unis). Ces femmes étaient obligées de s'enregistrer et de payer des impôts sur leurs gains.

Les travailleuses du sexe de la Grèce antique

Les pornai étaient généralement des travailleurs du sexe ordinaires, allant de ceux qui travaillaient dans des maisons de prostitution à des prostitués qui faisaient de la publicité à l'extérieur. Comment ouvert? Dans une stratégie de marketing innovante, certains pornai portaient des chaussures spéciales qui imprimaient un message sur un sol mou disant: "Suivez-moi"

Les prostituées étaient appelées pornoi. Ces travailleuses du sexe étaient généralement rasées de près et, même si elles dormaient avec des femmes, elles desservaient principalement des hommes plus âgés.

Le travail du sexe avait sa propre hiérarchie sociale dans la société grecque. Au sommet se trouvaient hetaerai, qui signifie «compagne». C'étaient des femmes belles, souvent éduquées et artistiques, qui étaient essentiellement des courtisanes de grande classe. La littérature grecque a de nombreuses références aux hetaerai célèbres qui ont jeté leurs sorts.

L'une des raisons de la prévalence des travailleuses du sexe - mis à part l'existence de l'esclavage, qui obligeait les femmes à être forcées à se prostituer - était que les hommes grecs se sont mariés relativement tard dans leur vie, souvent dans la trentaine. Cela a créé une demande, alors que les jeunes hommes cherchaient une expérience sexuelle avant le mariage. Un autre facteur était le fait que l’adultère avec une femme grecque mariée était considéré comme un crime grave. Il était donc beaucoup plus prudent d’engager un pornai ou un heaerai que de dormir avec une femme mariée.

La source: Le compagnon de Cambridge au droit grec ancien, par Michael Gagarin, David J. Cohen.