Intéressant

Danemark Histoire - Histoire

Danemark Histoire - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

DANEMARK

Le Danemark contrôlait une énorme bande de terre dans les années 1000 : l'Islande, le Groenland, la Grande-Bretagne, la Norvège et plus encore. Plusieurs centaines d'années plus tard, la Grande-Bretagne était hors de l'orbite du Danemark, mais la Suède et la Finlande avaient été acquises. Mais au cours des siècles suivants, la Finlande, la Suède et la Norvège ont tous pris des chemins différents - la Finlande et la Suède vers l'indépendance et la Norvège vers le contrôle de la Suède. D'autres possessions sont allées à la Prusse (Schleswig-Holstein) et même aux États-Unis (Îles Vierges, vendues en 1914). L'Islande est également devenue indépendante en 1944. Avant la Seconde Guerre mondiale, le Danemark a signé un accord de non-agression avec l'Allemagne qui a été rompu des mois plus tard lorsque les nazis ont envahi le Danemark. Malgré cette occupation, les Danois ont réussi à sauver plus de 7 000 Juifs en les envoyant dans un refuge en Suède. Après la guerre, le Danemark a connu la paix et des fortunes économiques fluctuantes. Comme dans de nombreux pays scandinaves, les politiques globales de protection sociale du Danemark nécessitent des impôts élevés et même la croissance économique généralement impressionnante du Danemark a faibli dans les années 1970. Mais, avec le reste du monde, l'économie du Danemark s'est améliorée dans les années 1980.


L'Allemagne envahit la Norvège et le Danemark

Le 9 avril 1940, des navires de guerre allemands pénètrent dans les principaux ports norvégiens, de Narvik à Oslo, déployant des milliers de soldats allemands et occupant la Norvège. Dans le même temps, les forces allemandes occupent Copenhague, parmi d'autres villes danoises.

Les forces allemandes ont pu se faufiler à travers les mines que la Grande-Bretagne avait posées autour des ports norvégiens parce que les garnisons locales ont reçu l'ordre de permettre aux Allemands de débarquer sans opposition. L'ordre est venu d'un commandant norvégien fidèle à la Norvège&# x2019s pro-fasciste ancien ministre des Affaires étrangères Vidkun Quisling. Quelques heures après l'invasion, le ministre allemand à Oslo a demandé à la Norvège&# x2019s capitulation. Le gouvernement norvégien a refusé, et les Allemands ont répondu par une invasion de parachutistes et la mise en place d'un régime fantoche dirigé par Quisling (dont le nom deviendrait synonyme de “traitor”). Les forces norvégiennes ont refusé d'accepter la domination allemande sous le couvert d'un gouvernement Quisling et ont continué à se battre aux côtés des troupes britanniques. Mais une offensive allemande accélérée en France a conduit la Grande-Bretagne à transférer des milliers de soldats de Norvège en France, ce qui a finalement abouti à une victoire allemande.

Au Danemark, le roi Christian X, convaincu que son armée ne pouvait pas repousser une invasion allemande, se rendit presque immédiatement. Hitler a maintenant ajouté une deuxième et une troisième nation conquise à sa carrière, qui a commencé avec la Pologne.


Histoire

La monarchie danoise remonte à Gorm l'Ancien (mort en 958). La monarchie était à l'origine élective, mais dans la pratique, le choix était normalement limité au fils aîné du monarque régnant. En retour, le roi devait signer une charte du couronnement, qui réglait l'équilibre des pouvoirs entre lui et son peuple. Lorsque l'absolutisme a été introduit en 1660-1661, la monarchie élective a été remplacée par la monarchie héritée.

La succession, qui reposait sur le principe de la primogéniture masculine, était prévue par la Lex Regia de 1665, qui réglait également les relations domestiques de la maison royale d'autres manières. La constitution démocratique du 5 juin 1849 a fait passer le statut de la monarchie d'absolu à constitutionnel. L'acte de succession du 27 mars 1953 a permis la possibilité d'une femme monarque, c'est ce qui a permis à Sa Majesté la Reine d'accéder au trône en 1972.

En 2009, l'acte de succession a été modifié afin que l'aîné (indépendamment du sexe) succède au trône.

La maison d'Oldenborg

Les lignées directes de l'ancienne dynastie danoise se sont éteintes avec la mort de Christoffer III en 1448. Cette même année, le duc Christian d'Oldenborg a été choisi pour être le roi du Danemark et a pris le nom de Christian I. Il appartenait à l'une des branches latérales de la dynastie d'origine et devint le fondateur de la famille royale d'Oldenborg, qui régna jusqu'en 1863 lorsque le dernier souverain de cette lignée, Frederik VII, mourut sans enfant.

La maison de Glücksborg

Conformément à l'acte de succession de 1853, le trône passa au parent de Frederik VII, le prince Christian de Glücksborg, qui était un descendant direct de la maison royale. Il accéda au trône sous le nom de Christian IX et devint l'un des monarques régnant le plus longtemps au Danemark (1863-1906). Il fut également le premier monarque de l'actuelle Maison de Glücksborg. Christian IX finit par devenir le « beau-père de l'Europe ». Sa fille, la princesse Alexandra, épousa Edouard VII d'Angleterre.

Une autre fille, la princesse Dagmar, épousa le tsar Alexandre III de Russie. Et encore une autre fille, Thyra, épousa le duc Ernst August de Cumberland. En 1863, son fils Vilhelm devint roi des Hellènes (aujourd'hui la Grèce) et prit le nom de George I. Et en 1905, le petit-fils de Christian IX, Carl, devint roi de Norvège sous le nom de Haakon VII. La maison royale danoise était donc directement liée à de nombreuses maisons royales régnantes d'Europe.

Le fils de Christian IX, Frederik VIII, avait 63 ans lorsqu'il accéda finalement au trône en 1906. À sa mort en 1912, il fut remplacé par son fils aîné, Christian X, qui régna sur le Danemark pendant les deux guerres mondiales. On se souvient de lui comme du "roi équestre" en raison de sa chevauchée à travers l'ancienne frontière dans la province du Schleswig du Nord après sa réunification avec le Danemark en 1920, et il est devenu très populaire pendant l'occupation allemande du Danemark entre 1940 et 1945 lorsque, chaque jour , il monta sur son grand cheval blanc et parcourut les rues de Copenhague.

Christian X mourut en 1947 et fut remplacé par son fils aîné, Frederik IX, qui avait épousé la princesse suédoise Ingrid en 1935. Ils eurent trois filles : la princesse Margrethe (née en 1940), la princesse Benedikte (née en 1944) et Princesse Anne-Marie (née en 1946). À la mort de Frederik IX en 1972, sa fille aînée a été proclamée Sa Majesté la reine Margrethe.

En 2013, la Maison de Glücksborg a fêté ses 150 ans sur le trône danois.


Danemark Histoire

Les Danois, un peuple gothico-germanique homogène, habitent le Danemark depuis la préhistoire. Le danois est la langue principale. Une petite minorité germanophone vit dans le sud du Jutland, une population majoritairement inuite habite le Groenland et les îles Féroé ont une population nordique avec sa propre langue. L'éducation est obligatoire de 7 à 16 ans et est gratuite jusqu'au niveau universitaire.

L'Église évangélique luthérienne est soutenue par l'État et représente environ 97% de l'affiliation religieuse du Danemark. Le Danemark a la liberté religieuse, cependant, et plusieurs autres confessions protestantes et d'autres religions existent.

Pendant la période viking (IXe-XIe siècles), le Danemark était une grande puissance basée sur la péninsule du Jutland, l'île de Zélande et la partie sud de l'actuelle Suède. Au début du XIe siècle, le roi Canut unira le Danemark et l'Angleterre pendant près de 30 ans.

Les raids vikings ont mis le Danemark en contact avec le christianisme et, au XIIe siècle, l'influence de la couronne et de l'église s'est accrue. À la fin du XIIIe siècle, le pouvoir royal s'est affaibli et la noblesse a forcé le roi à accorder une charte, considérée comme la première constitution du Danemark. Bien que la lutte entre la couronne et la noblesse se soit poursuivie jusqu'au 14ème siècle, la reine Margrethe I a réussi à unir le Danemark, la Norvège, la Suède, la Finlande, les îles Féroé, l'Islande et le Groenland sous la couronne danoise. La Suède et la Finlande ont quitté l'union en 1520, mais la Norvège est restée jusqu'en 1814. L'Islande, dans une "union personnelle" sous le roi du Danemark après 1918, est devenue indépendante en 1944.

La Réforme a été introduite au Danemark en 1536. Les provinces danoises du sud-ouest de la Suède d'aujourd'hui ont été perdues en 1658 et la Norvège a été transférée de la couronne danoise à la couronne suédoise en 1814, après la défaite de Napoléon, avec qui le Danemark était allié.

Le mouvement libéral danois a pris de l'ampleur dans les années 1830 et, en 1849, le Danemark est devenu une monarchie constitutionnelle. Après la guerre avec la Prusse et l'Autriche en 1864, le Danemark fut contraint de céder le Schleswig-Holstein à la Prusse et d'adopter une politique de neutralité. Vers la fin du XIXe siècle, le Danemark a inauguré d'importantes réformes sociales et du marché du travail, posant les bases de l'État-providence actuel.


Danemark - Histoire

La plus ancienne preuve existante d'habitation humaine au Danemark est constituée de traces d'établissements de chasseurs datant de la fin de la dernière période glaciaire c. 12500 av. Les communautés agricoles organisées ne sont apparues qu'au néolithique c. 3900 avant JC et des villages sont connus des siècles avant la naissance du Christ. Les villes régulières, telles que Ribe, n'apparaissent qu'à l'âge du fer germanique c. 400-750 après JC. L'unification du pays sous un pouvoir central a commencé en 700 après JC. Au fur et à mesure du déclin de l'empire franc, un pouvoir royal stable se développe qui, bien qu'il ne couvre probablement pas l'ensemble du territoire danois, parvient néanmoins à se défendre contre les invasions ennemies venues du sud. L'unification du pays a finalement été achevée sous le fils de Gorm l'Ancien, Harold I Bluetooth (mort en 987), comme indiqué sur sa pierre runique à Jelling, où le mot Danemark apparaît pour la première fois. Les pierres Jelling sont souvent considérées comme l'acte de naissance du Danemark.

Les raids vikings ont mis le Danemark en contact avec le christianisme et, au XIIe siècle, l'influence de la couronne et de l'église s'est accrue. À la fin du XIIIe siècle, le pouvoir royal s'est affaibli et la noblesse a forcé le roi à accorder une charte, considérée comme la première constitution du Danemark. Bien que la lutte entre la couronne et la noblesse se soit poursuivie jusqu'au 14ème siècle, la reine Margrethe I a réussi à unir le Danemark, la Norvège, la Suède, la Finlande, les îles Féroé, l'Islande et le Groenland sous la couronne danoise.

Le Danemark devint progressivement la moins importante des nations du Nord. La Suède et la Finlande ont quitté l'union en 1520. Les provinces danoises du sud-ouest de la Suède d'aujourd'hui ont été perdues en 1658 et la Norvège a été transférée de la couronne danoise à la couronne suédoise en 1814, à la suite de la défaite de Napoléon, avec qui le Danemark était allié. La Norvège lui avait été enlevée en 1814, le Schleswig-Holstein, contenant une partie de la population danoise, avait été perdu en 1864, et le Danemark a été contraint d'adopter une politique de neutralité. À travers la base de la péninsule du Jutland, qui était auparavant la sienne, le grand canal allemand de Kiel a été coupé, et à travers lui passaient des navires qui auraient autrefois traversé les canaux danois. Elle avait encore l'Islande et le Groenland, lointains et sans importance, et quelques îles aux Antilles, qu'elle vendit finalement aux États-Unis. De plus, son territoire a semblé à certains des plaideurs allemands ambitieux être à proprement parler un avant-poste allemand comme la Hollande ou la Belgique. En 1905, l'empereur allemand dit au tsar qu'en cas de guerre avec l'Angleterre, la Russie et l'Allemagne devraient occuper le Danemark et de plus en plus les habitants du pays vivaient à l'ombre de leur voisin du sud. L'Islande, dans une « union personnelle » sous le roi du Danemark après 1918, est devenue indépendante en 1944.

À l'époque viking, c. 800-1100, une forte puissance royale s'est développée, comme en témoignent par exemple plusieurs forteresses circulaires stratégiquement placées de taille impressionnante. La période a été caractérisée par les fréquentes expéditions vikings qui ont conduit à la conquête de l'Angleterre pendant une courte période au XIe siècle et ont emmené les vikings pilleurs jusqu'en Irlande, dans le nord de la France et en Russie. Les longs bateaux des Vikings rapportaient un riche butin dans leur pays natal, mais les rois vikings danois n'ont jamais réussi à transformer leurs conquêtes en un empire durable. Le meurtre de Canut IV le Saint en 1086 a mis fin au pouvoir royal fort, qui avait été l'un des secrets des expéditions vikings victorieuses.

Dans le même temps, le christianisme atteint le Danemark. Vers 965, Harold I Bluetooth fut baptisé et la nouvelle foi s'établit bientôt. Le pays a un clergé, qui a veillé à la diffusion du christianisme. Au cours des siècles suivants, l'Église catholique a consolidé son influence, des églises ont été construites et la communauté agricole danoise, qui comptait maintenant environ c. 700 000, s'organise selon les normes sociales chrétiennes. Elle se sépare en un clergé puissant, une noblesse séculaire de grands propriétaires terriens qui forment aussi le noyau de la défense du pays, une bourgeoisie urbaine qui s'accroît au fur et à mesure que les villes grandissent, et enfin une grande paysannerie.

La peste noire, vers 1350, a anéanti une grande partie de la population danoise, ce qui a entraîné des changements économiques et sociaux majeurs. Le principal événement politique de la période a été la création de l'Union de Kalmar en 1397, combinant le Danemark, la Norvège et la Suède dans une union personnelle sous la reine danoise Margrete I. L'union a duré jusqu'à ce que la Suède, dirigée par Gustav I Vasa, se sépare en 1523. Le Danemark et la Norvège sont restés unis jusqu'en 1814. Les anciennes possessions norvégiennes de l'Atlantique Nord, le Groenland, l'Islande et les îles Féroé, sont restées et font toujours partie du royaume danois, à l'exception de l'Islande, qui a déclaré son indépendance en 1944.

La Réforme a été introduite au Danemark en 1536. La rupture avec l'Église catholique romaine en 1536, après trois ans de guerre civile, a transformé l'Église danoise en une église princière luthérienne. Le Danemark rejoint ainsi le camp protestant dans les longues guerres de religion qui ravagent l'Europe jusqu'en 1648. Intérieurement, la nouvelle Église d'État devient un outil d'endoctrinement idéologique et moral de la population par le pouvoir central fortement renforcé. La période 1560-1720 a été dominée par la rivalité intensifiée avec la Suède voisine pour la position de première puissance balte. Le Danemark avait jusqu'alors occupé cette position, comme en témoignait symboliquement l'imposition de la redevance sonore, qui ne fut abandonnée qu'en 1857. La rivalité déclencha six guerres entre les deux nations (1563-1570, 1611-1613, 1643-1645, 1657-1660 , 1675-1679 et 1709-1720).

Après que le Danemark eut été affaibli par l'intervention infructueuse de Christian IV dans la guerre de Trente Ans (1625-1629), le conflit s'est transformé en une lutte pour la survie de la part du Danemark, et pendant un certain temps le pays était sur le point de faire partie d'un grand empire balte suédois. Ce sort ne fut évité que grâce à l'intervention des Pays-Bas et de l'Angleterre, mais le prix fut la cession de toutes les provinces scandinaves à l'est de l' Orresund en 1658. La superficie totale du royaume fut ainsi réduite de près d'un tiers et la population passa de 800 000 à 600 000. .

La catastrophe provoqua une crise politique qui en 1660-1661 entraîna une nouvelle forme de gouvernement. Par des moyens de coup d'État, l'ancienne monarchie élective dominée par l'aristocratie a été remplacée par une monarchie héréditaire. Le nouveau roi héréditaire, Frederik III, et ses successeurs ont acquis le pouvoir absolu. L'autorité illimitée du roi fut codifiée par la suite dans la loi royale de 1665, qui resta en général en vigueur jusqu'à l'abolition de l'absolutisme en 1848 et l'adoption d'une constitution démocratique en 1849. En 1683, la loi royale fut complétée par un statut Ouvrage s'appliquant à tout le pays, King Christian Vs Danish Law. Dans la mesure où les moyens étaient disponibles, le Danemark s'est transformé en un État bureaucratique bien organisé sous la direction paternelle du monarque absolu.

La principale réalisation de l'absolutisme a été les vastes réformes agricoles de la fin du XVIIIe siècle. Ils étaient motivés par le désir de rendre la production agricole plus efficace afin de tirer le maximum de profit de la prospérité du XVIIIe siècle. Les réformes ont impliqué le passage de l'agriculture écologique, c'est-à-dire l'agriculture aux conditions de la nature, à l'agriculture économique, c'est-à-dire l'agriculture aux conditions du marché. L'ancien système de plein champ a été dissous et chaque ferme a reçu une seule parcelle de terre. Dans le même temps, les fermes ont souvent été déplacées sur les terres elles-mêmes, de sorte que l'ancienne communauté villageoise a également été dissoute.

Le Danemark était impuissant dans le conflit entre Napoléon et le reste de l'Europe. Par crainte des conséquences, le gouvernement danois refusa de prendre parti dans le conflit, ce qui conduisit à des attaques navales anglaises sur Copenhague en 1801 et 1807 et à la saisie de la flotte danoise. Dans le même temps, la perte de la Norvège en 1814 signifiait que l'ancienne double monarchie, qui s'étendait géographiquement du Cap Nord à l'Elbe, était réduite au seul Danemark lui-même et aux duchés allemands. Le mouvement libéral danois a pris de l'ampleur dans les années 1830 et, en 1849, le Danemark est devenu une monarchie constitutionnelle. Par la constitution de 1849, qui fut révisée en 1866, le droit de vote fut accordé aux hommes de ménage et non dépendants de la charité, âgés de trente ans ou plus.

Au fur et à mesure que les mouvements nationaux se développent, la position des duchés au sein de la monarchie devient un enjeu clé jusqu'en 1864. Près d'un tiers de la population du pays est allemand. Holstein et Lauenburg appartenaient à la Confédération allemande, tandis que le Schleswig était divisé au niveau national. La question cruciale de l'affiliation du Schleswig est devenue aiguë en 1848 lorsque les Schleswig-Holsteiner pro-allemands ont exigé une constitution libérale et l'incorporation du Schleswig dans la Confédération allemande. À l'inverse, les cercles libéraux de Copenhague ont exigé une constitution démocratique pour la monarchie et l'inclusion en son sein du Schleswig, ce qui était en contradiction avec une promesse de longue date selon laquelle les duchés ne seraient jamais séparés.

Cela déclencha une révolte dans les duchés, et à Copenhague, Frederik VII se déclara roi constitutionnel, ouvrant ainsi la voie à une constitution démocratique qui fut codifiée dans la Constitution du Royaume de Danemark du 5 juin 1849. Le résultat fut les Trois ans Guerre de 1848-1851, qui se termina par une victoire danoise dans la mesure où les duchés après la médiation des grandes puissances restèrent partie de la monarchie danoise unie. Cependant, une solution satisfaisante à la question litigieuse fondamentale n'avait pas été trouvée.

En 1863, le parlement danois adopta la Constitution de novembre qui séparait en pratique le Holstein et le Lauenburg du royaume tout en incorporant le Schleswig. Il s'agissait d'une violation flagrante des accords des grandes puissances. En conséquence, le chancelier prussien Otto von Bismarck a déclaré la guerre au Danemark au nom de la Confédération allemande. Le résultat fut une humiliante défaite danoise en 1864 et la cession des trois duchés. Ainsi, la nation avait à nouveau perdu près d'un tiers de sa superficie totale et de sa population. Dans le même temps, quelque 200 000 Danois ont été laissés au sud de la nouvelle frontière. Ils ne sont revenus qu'après un plébiscite en 1920.

Avec la perte des duchés, le Danemark était devenu plus petit que jamais. À partir de ce nadir, le travail de régénération nationale a commencé avec la devise « les pertes extérieures doivent être compensées par des gains intérieurs ». La remise en état des landes s'est accélérée et, avec l'aide du mouvement coopératif, un passage à grande échelle de la culture des plantes à l'élevage a eu lieu. L'industrialisation s'est également accélérée, créant une classe ouvrière régulière dans les villes. En 1884, les premiers sociaux-démocrates sont élus au parlement danois, le Folketing. Le nombre de sièges du parti a ensuite augmenté régulièrement à chaque élection.

Vers la fin du XIXe siècle, le Danemark a inauguré d'importantes réformes sociales et du marché du travail, posant les bases de l'État-providence actuel. Au Danemark, comme en Norvège et en Suède, la démocratie et le gouvernement constitutionnel ont progressé, bien que beaucoup moins rapidement que chez les Norvégiens. En 1849, une constitution fut accordée, établissant un parlement ou Rigsdag, mais en réalité le gouvernement resta entre les mains du roi et de la classe supérieure, et le ministère n'était pas plus responsable devant les représentants du peuple qu'il ne l'était en Prusse. En effet, dans la dernière partie du XIXe siècle, l'argent était fréquemment perçu à la suite d'un décret royal, et non parce que l'appropriation était faite par le Folkething ou la chambre basse.

Mais les gens développèrent leur agriculture intensive et leur production laitière et établirent un système remarquablement réussi d'entreprise coopérative, par lequel les intermédiaires furent en grande partie éliminés, et améliorèrent tellement leur position économique qu'ils devinrent vraiment de plus en plus importants. Les réformes ont créé une classe entièrement nouvelle d'agriculteurs indépendants, qui, au XIXe siècle, sont devenus la force motrice des écoles secondaires populaires et du mouvement coopératif. Politiquement, les agriculteurs se sont regroupés à la fin du XIXe siècle dans le Parti libéral (Venstre), qui est arrivé au pouvoir en 1901. Ainsi, en 1901, le roi a accordé ce qu'il savait qu'ils souhaitaient, que le ministère dépende de la majorité élue au Folkething par le peuple.

En 1905, le Parti social-libéral (Det Radikale Venstre) se sépare du Parti libéral en tant que parti indépendant attirant particulièrement les intellectuels urbains et les petits exploitants. Cela a établi le modèle de parti qui devait dominer la politique danoise jusqu'en 1973. Sa caractéristique était qu'aucun parti ne pouvait rassembler une majorité à lui seul, de sorte que le compromis est devenu une condition de base de la politique danoise. L'attitude consensuelle qui en résulte est toujours un élément clé de la culture politique danoise. En 1915, le suffrage fut accordé à tous les hommes âgés de vingt-cinq ans et plus, ainsi qu'à la plupart des femmes.

Conformément à la politique prudente de neutralité, avec un parti pris allemand qui a résulté de la défaite de 1864, le Danemark est resté neutre pendant la Première Guerre mondiale et le commerce et l'industrie danois ont profité des conditions du temps de guerre. Dans l'espoir de traverser la tempête, la même ligne a été prise lorsque le ciel a recommencé à se couvrir après la prise du pouvoir en Allemagne par Hitler en 1933. Cependant, cette fois, cela n'a pas fonctionné et le 9 avril 1940, les troupes allemandes ont occupé "pacifiquement" Danemark. Le gouvernement social-démocrate/social-libéral dirigé par Thorvald Stauning a décidé de céder et a commencé à contrecœur une collaboration avec la puissance occupante.

La résistance contre les Allemands a été sporadique jusqu'à la fin de 1943. Peu à peu, la résistance populaire soutenue par les Britanniques contre la puissance occupante a augmenté à un niveau tel que la politique de collaboration s'est effondrée en août 1943. À ce moment-là mieux organisé, le mouvement de résistance et d'autres volontaires ont entrepris avec succès mission de sauvetage dans laquelle presque toute la population juive du Danemark a été expédiée en Suède (dont la neutralité a été honorée par l'Allemagne). Le gouvernement démissionne et la vie parlementaire cesse de fonctionner. La fiction d'une « occupation pacifique » éclate et les 18 derniers mois de la guerre sont dominés par une résistance armée croissante aux Allemands et à leurs représailles de plus en plus brutales. À la fin de la guerre, le mouvement de résistance comptait environ 50 000 membres. Cependant, des études approfondies sont toujours en cours dans le but d'établir une image plus claire du degré de coopération danoise - officielle et commerciale - avec la puissance occupante.

Malgré sa position peu claire, le Danemark avait obtenu à la fin de la guerre une reconnaissance de facto en tant que puissance alliée, en raison des activités du mouvement de résistance et il a donc été invité à devenir membre fondateur des Nations Unies en 1945. Avec la Norvège , elle rejoint l'OTAN en 1949 et abandonne ainsi définitivement la politique de neutralité qui avait été un élément clé de la politique de sécurité du Danemark depuis 1864. L'aide du Plan Marshall à partir de 1948 a initié une vaste modernisation de l'agriculture danoise et à partir du milieu des années 1950 l'industrialisation a vraiment pris désactivé.

En 1963, la valeur des exportations industrielles a dépassé pour la première fois celle de l'agriculture. En même temps, un programme global de protection sociale a été introduit, basé sur le principe du droit de tous les citoyens à recevoir des prestations sociales dans le cadre de la législation. Cela a créé le modèle danois de protection sociale financé par l'impôt, caractérisé par un filet de sécurité sociale très développé et une lourde charge fiscale.

Cependant, la structure traditionnelle du parti s'est effondrée à la suite de la révolution naissante des jeunes de 1968 et de la résistance croissante à une fiscalité lourde. Lors des élections écrasantes de 1973, le soutien électoral aux quatre partis traditionnels est tombé d'environ 84 % à seulement 58 % et à un certain nombre de nouveaux partis de protestation : le Parti du progrès (Fremskridtspartiet), le Parti du centre (Centrum-Demokraterne) et le Le Parti populaire chrétien (Kristeligt Folkeparti) est entré dans l'arène parlementaire.

Les élections générales de novembre 2001 ont entraîné des changements considérables dans l'image parlementaire. Pour la première fois depuis 1920, le Parti libéral a remporté plus de voix que le Parti social-démocrate. Dans le même temps, le Parti du peuple danois (Dansk Folkeparti), dont la politique en matière d'immigration est son principal enjeu, a enregistré un gain, tandis que le Parti du progrès et le Parti du centre ont complètement abandonné le Folketing.

Le gouvernement social-démocrate/social-libéral a démissionné à la suite de sa défaite aux urnes et a été remplacé par un gouvernement dirigé par le chef libéral Anders Fogh Rasmussen et composé du Parti libéral et du Parti conservateur du peuple (Det Konservative Folkeparti) . Le Parti populaire danois et le Parti populaire chrétien faisaient partie de la base parlementaire du gouvernement non socialiste.

Parallèlement à l'intégration du Danemark à l'Europe, son économie d'après-guerre s'est de plus en plus internationalisée. Le pays n'a pas participé aux négociations qui, en 1957-1959, ont conduit à la création de la Communauté économique européenne (CEE), mais en 1960, il a plutôt rejoint l'Association européenne de libre-échange (AELE) avec la Grande-Bretagne, qui était le principal marché d'exportation du pays.

Le Danemark n'a rejoint la CEE qu'en 1973, toujours avec la Grande-Bretagne. Depuis lors, la relation avec la CEE - à partir de 1993 l'Union européenne (UE) - a été une question intérieure brûlante, divisant la population en deux camps de taille presque égale. Ainsi, le référendum de 1992 sur le traité de Maastricht concernant une intégration accrue a produit une faible majorité pour les opposants, et il a fallu un autre référendum avant que le Danemark puisse adhérer au traité après avoir obtenu certaines clauses d'opt-out. La participation à la monnaie unique européenne, l'euro, a été rejetée lors d'un référendum en 2000. Sur ce point comme sur d'autres, les Danois sont des Européens réticents.

La forme et l'étendue actuelles du Danemark sont le résultat de cessions successives de territoire en raison de sa situation exposée par les voies d'accès à la Baltique. Jusqu'à récemment, les Danois étaient un peuple exceptionnellement homogène, ce qui peut être attribué à la perte progressive de parties marginales du royaume au fil du temps.

Cependant, le degré traditionnellement élevé d'homogénéité et de consensus dans la société danoise est également étroitement lié à certains des traits historiques - l'influence doctrinale de l'Église d'État luthérienne, l'uniformité de la large population provoquée par l'absolutisme, l'industrialisation tardive qui n'a pas créer une grande classe populaire urbaine jusqu'au XXe siècle, et l'incapacité des partis politiques à réunir à eux seuls la majorité absolue, ce qui a fait du compromis une condition de la vie politique.

Plutôt que de simples faiblesses et prospérité - comme le suggérait le diplomate britannique en 1939 - ce sont des expériences historiques de ce genre qui ont déterminé le développement du caractère national danois moderne.


Danemark (différemment)

Danemark, officiellement le Royaume de Danemark, est un pays nordique d'Europe du Nord. qui est le plus méridional des pays scandinaves, se compose d'une péninsule, le Jutland, et d'un archipel de 443 îles nommées, la plus grande étant Zealand, Funen et l'île du nord du Jutland. Les îles se caractérisent par des terres arables plates et des côtes sablonneuses, une faible altitude et un climat tempéré. Le Danemark se situe au sud-ouest de la Suède et au sud de la Norvège, et est bordé au sud par l'Allemagne. La capitale et la plus grande ville est Copenhague. Sa superficie de 42 933 kilomètres carrés en fait le 23e plus grand pays d'Europe et le 94e au monde. Avec une population de plus de 5,8 millions d'habitants, c'est le 18e pays le plus peuplé d'Europe et le 82e au monde.

Le royaume unifié du Danemark a émergé au 8ème siècle en tant que nation maritime compétente dans la lutte pour le contrôle de la mer Baltique. Le Danemark, la Suède et la Norvège étaient dirigés ensemble sous un seul souverain dans l'Union de Kalmar, établie en 1397 et se terminant par la sécession suédoise en 1523. Les régions du Danemark et de la Norvège sont restées sous le même monarque jusqu'en 1814, Danemark-Norvège. À partir du 17ème siècle, il y a eu plusieurs guerres dévastatrices avec l'Empire suédois, se terminant par d'importantes cessions de territoire à la Suède. Après les guerres napoléoniennes, la Norvège fut cédée à la Suède, tandis que le Danemark conserva les îles Féroé, le Groenland et l'Islande. Au 19ème siècle, il y a eu une vague de mouvements nationalistes, qui ont été vaincus lors de la première guerre du Schleswig. Après la deuxième guerre du Schleswig en 1864, le Danemark a perdu le duché de Schleswig au profit de la Prusse.

Pendant la Grande Guerre, le Danemark était une nation neutre, principalement en raison de sa politique isolationniste. En 1923, cependant, le roi Christian X fut confronté à de nombreuses insurrections communistes. Soutenu par l'Union soviétique, le Danemark a éclaté dans la guerre civile. Sans alliés, l'armée royale a été vaincue à de nombreux endroits. N'ayant pas d'autre choix, le roi Christian X, sa famille et de nombreux loyalistes ont fui vers les îles Féroé. L'État communiste danois a été déclaré le 5 octobre, avec Aksel Larsen comme secrétaire général. Le gouvernement royal danois en exil a été formé dans les îles Féroé et est devenu connu sous le nom de Royaume des îles Féroé. Le 1er janvier 1938, le dernier secrétaire général décède et la monarchie est restaurée.

Pendant le régime communiste, le Danemark était un État totalitaire, avec peu de liberté pour le peuple. Lorsque la monarchie a été restaurée, le Danemark avait déjà l'une des économies les plus faibles d'Europe, en raison de la négligence des problèmes économiques par le gouvernement. Cependant, en 2020, le pays a connu un grand boom économique, qui a propulsé son économie parmi les 20 premières économies d'Europe.

La Constitution du Danemark a été signée le 5 juin 1849, mettant fin à la monarchie absolue, qui avait commencé en 1660. Elle établit une monarchie constitutionnelle organisée comme une démocratie parlementaire. Le gouvernement et le parlement national siègent à Copenhague, la capitale du pays, la plus grande ville et le principal centre commercial. Le Danemark exerce une influence hégémonique dans le royaume danois, déléguant des pouvoirs pour gérer les affaires intérieures. L'autonomie a été instaurée dans les îles Féroé en 1948.

Pays développé, les Danois bénéficient d'un niveau de vie élevé et le pays se classe très bien dans certains indicateurs de performance nationale, notamment l'éducation, les soins de santé, la protection des libertés civiles, la gouvernance démocratique et l'égalité des LGBT. Le Danemark a également des liens étroits avec ses voisins scandinaves sur le plan linguistique, la langue danoise étant partiellement intelligible avec le norvégien et le suédois.

Le pays est membre de la Société des Nations et de la Ligue germanique.


Vie politique

Gouvernement. Le Danemark est une monarchie constitutionnelle dans laquelle la succession au trône est héréditaire et le monarque au pouvoir doit être membre de l'église nationale. Le parlement compte 179 membres, dont deux du Groenland et deux des îles Féroé. Members of parliament are elected for four-year terms, but the state minister has the right to dissolve the parliament and force an election. The voting age has been eighteen since 1978. Since 1989, immigrants without Danish nationality have been allowed to vote and be elected in local elections. The minimum percentage of votes required for representation in the parliament is 2 percent.

Dirigeants et responsables politiques. The first political groupings appeared in 1848, shortly before the first constitution was promulgated, and consisted of liberals (farmers), the center (intellectuals), and the right (landowners and higher officials).

Party policy is based on political principles and working programs the former include fundamental political ideas, while the programs are action-oriented. Currently, ten political parties are represented in the parliament, ranging from socialist to conservative to liberal. Representatives to parliament are elected in local areas and thus represent their home localities as well as a political party.

Liberal parties traditionally strive for individual freedom, including freedom of thought, belief, speech, expression, individual choice, and ownership, and attempt to strengthen the rights of the individual citizen in relation to the state. Conservatives stress individual freedom, choice, and responsibility and attempt to protect the national culture and tradition. Modern conservatism includes confidence in the individual, an open and critical outlook, tolerance, and a free market economy, combined with a commitment to social security. Social Democrats favor a welfare society based on freedom, equal opportunity, equality, dignity, solidarity, cultural freedom and diversity, ecology, and democracy. Socialist parties seek a society based on political, social, and cultural diversity ecological sustainability social security equal opportunity responsibility for the weak individual freedom self-realization active work for peace and disarmament and a commitment to end global inequality. The Christian People's Party favors a democracy based on Christian ethical values, focused on individual freedom, social responsibility and security, the family, and medical ethics. For this party, a Christian view of human nature forms the basis for equal human value regardless of race, sex, age, abilities, culture, and religion.

Problèmes sociaux et contrôle. Executive power lies with the monarch, while legislative power is based in the parliament. In executive matters, the monarch exercises authority through government ministers. Judicial power lies with the courts of justice. The most common crimes are offenses against property, offenses against special laws in some municipalities, crimes of violence, and sexual offenses.

The police force consists of approximately 10,000 officers, who work at police stations located in local communities. Traditionally, Danish police have been known for their easy-going manner and "gentle" approach to difficult situations, relying more on dialogue and communication than on brute force. After years of becoming more centralized and distanced from the Danish people, there is now a trend in policing that involves forming new, smaller police stations in more towns and cities. In this new environment, officers are moving out of their cars and walking the streets, gaining closer contact with the people.

In criminal cases, those over the age of 15 may be punished by the courts. Those between 15 and 18 are held in special youth prisons that provide social training. Those above the age of 18 are imprisoned in one of the country's 14 state prisons. Due to a lack of prison space, convicted criminals sometimes wait for up to two years before they are actually imprisoned.

Activité militaire. Since World War II, Denmark has been a member of the North Atlantic Treaty Organization (NATO), and it participated in NATO's actions in the Balkan crisis in the 1990s, particularly in Bosnia and Kosovo. Denmark also contributes to the United Nations peace forces in the Middle East and other areas. In 1993, the population voted not to join in the development of a common EU military force.

The military is staffed through a system of compulsory enrollment. The term of service, depending on one's duties, ranges from four to twelve months. Full mobilization in the defense forces involves fifty-eight thousand soldiers, while in the absence of war the number is only fifteen thousand. The defense forces include the navy, air force, home guard, and national rescue corps. The defense budget in 1997 was under 2 percent of the gross national product.


Understanding Danish Vikings

Runes written on stone in Denmark

The Vikings are often thought of as raiders and plunderers, yet many of them were courageous explorers and traders that helped spread the Viking influence far and wide. Vikings are thought to be responsible for helping shift European trading into a mercantile market economy. [1]

Around the 11th century, Denmark entered a period known as the High Middle Ages. [2] This period marks the point at which the medieval concepts of economics and politics in European society came to Denmark.

The influence of Christianity had an especially powerful effect on Vikings and is thought to have helped bring about the end of the Viking era. Harald Bluetooth embraced the religion and used it to unite his empire, but it also sowed the seeds to fade out the Vikings.

Vikings were skilled at crafting weapons and forged intricate jewelry and armor with their advanced metalworking skills. They adapted to the environments of the lands they conquered and would make efforts to perfect farming techniques and build long-lasting structures.

Their art included metalwork, wood crafts, carvings, and pottery, and many surviving artifacts have been found over the years in Denmark and elsewhere. [3]

Due to their influence, Vikings still hold a prominent place in modern Danish consciousness.

The Vikings are known for their seafaring abilities. But how far west did they travel? See Vikings in America: The Evidence to learn more.

Early Viking Battles

In the late 8th century, the Vikings initiated an attack on Lindisfarne monastery in northeastern England that marked the beginning of the Viking Age. [4]

The Vikings were not influenced by customs at the time that understood religious structures should be left untargeted by war, and thus the Vikings made several attacks upon undefended religious institutions and raided these monasteries without hesitation.

Early Viking raids were mostly sporadic, simply raiding for resources and not looking to establish dominance. Later, in the 9th century, Vikings would use tumultuous political conflicts of the time to push attacks further inland and begin to conquer areas in what is now France, Germany, and England.

Danish Vikings Raid England

In the late 800s, Danish Viking armies led by Halfdan Ragnarsson and Sigurd Snake-In-The-Eye were able to conquer England.

Many of them settled into the area and became farmers and traders. [5]

Against King Alfred the Great, Halfdan and his brother Sigurd led the Great Heathen Army of Vikings from Denmark and successfully invaded East Anglia. [6]

They would come to establish Danish control over England for many subsequent years. It is uncertain was incited the initial raid against England.

What exactly was Denmark like before the Vikings came on the scene? See Scandinavia Before the Vikings to learn more.

Danish Viking Dominance

Christian church in Denmark

In the middle of the 10th century, Harald Bluetooth helped solidify the dominance of Danish Vikings by uniting the various tribes that had existed in the area and establishing Christianity as the religion of the land.

This powerful wave of Danish Vikings effectively brought about a second wave of the Viking Age. [7]

With their amassed power, these late-stage Danish Vikings were able to successfully conduct large-scale raids throughout Europe. The Danish Vikings of this period were thus able to spread their influence wide and assimilate their traditions and practices into many different cultures.

In this time period, Vikings helped establish Danish social structures that divided society into three main classes: the elite, free men and women, and slaves, also called thralls. [8]

Viking women historically had more freedom than within many other cultures of the time. They were able to hold community leadership roles, initiate divorce, and own property. This was a somewhat remarkable amount of independence for women at the time.

The Fall of the Vikings

In 1066, a Viking led invasion to attempt to regain control of the English throne was defeated by William, Duke of Normandy. [9] William was crowned king of England and successfully defended the empire from future Viking attacks.

The dissolution of the Vikings came about in part due to Harald Bluetooth’s efforts of establishing Christianity in the empire. Christianity and other European ideals began to replace and modify what had been considered Viking traditions and culture.

Very quickly, the Viking society was absorbed and overwhelmed by the main cultural currents of Christian Europe and faded from existence.

The age of the Vikings is generally considered to be over by the 11th century.

A Timeline of the Ruling Figures of Denmark in the Time of the Vikings

Due to the fact that Viking culture did not encourage literacy, there is a great amount of speculation and conflicting ideas about Viking rulers and society since there are very little surviving records of the time.

Most information that is known has been gleaned from various sagas and texts, but there are still many contradictory accounts.

Below is a summary of Viking rulers in Denmark and their approximate dates of reign.

Many of the rulers prior to Gorm the Old are known only from sagas and stories, and as such, much of their history may be fictional and often contradicts each other within sources.

Ivar Vidfamne

Born in approximately 612 in what is now Denmark, Ivar Vidfavne (also called Ivar Vidfavne and Ivar Vidfadme) ruled Denmark as well as parts of Norway, Sweden, and England. [10] Because of his far-reaching conquest of Scandinavia as well as parts of Europe, Ivar was given the nickname Vidfamne which means “wide-fathoming.”

At this time, the area which would become Denmark was divided into two kingdoms, Scania and Zealand. [11] Ivar was born of the ruler of Scania, but his father was murdered by his mother, the daughter of the Swedish king.

Ivar fled in order to protect himself, but would later return with an army to exact his revenge upon his Swedish mother. He conquered Sweden and then took control of both Scania and Zealand. Ivar would rule with a particularly harsh hand.

According to the Hervarar saga, he discovered his daughter had married a king from a neighboring land, Gardariki. [12] Ivar decided to attack Gardariki, but upon arrival he supposedly had a strange dream and asked for an interpretation before launching his attack.

The interpreter likened Ivar to the Midgaard Serpent, which upset the king and he threw himself overboard in an attempt to fight the interpreter, who was standing on the shore. [13]

Ivar disappeared into the waves and was never seen again. His death is therefore placed at approximately 700 A.D.

Valdar

According to the Hervarar saga, Valdar served as viceroy of Denmark under Ivar Vidfamne and married his daughter, Alfhild. [14] He would become King of Scania upon the death of Ivar Vidfamne.

Valdar supposedly had two sons. These sons were Randver and Harald Wartooth.

Randver

Upon Valdar’s death, his son Randver took over the role of King of Denmark in the early 700s. [15] Randver married Asa Haraldsdottir of Agder and had one son, Sigurd Hring.

According to the Danish historian Svend Ellehoj, Randver would die in the midst of a battle in England.

Ongendus

Ongendus is thought to have served as king of the Danes circa 710. [16] He is generally thought to have been responsible for the reinforcement and expansion of Dannevirke, although occasionally sources dispute the extent of his contributions. [17]

Dannevirke served as a series of defensive walls that ran along the Danish border and protected the nation from invasions from the South. Dannevirke also served to help protect Danish trade routes.

Very little is known about Ongendus, other than he is the first Danish king to be noted in contemporary literature. [18] According to Saint Willibrord, who visited the lands that would become Denmark while Ongendus was ruling, Ongendus was “more savage than any beast and harder than stone.” [19]

This would be quite the compliment for a ruler during the Viking era when a brutal nature and prowess in battle was held in high esteem.

Harald Wartooth

The other son of Valdar, Harald Wartooth is considered a legendary king of Denmark and ruled during the 8th century, and, depending on the source, his empire may have stretched to include parts of Sweden, Germany, England, and Jutland. [20]

According to Saxo Grammaticus, there are two stories of how Harald earned the name “Wartooth.” [21]

In one account, Harald was given the name after losing two of his teeth during a battle against Veseti, the then lord of Scania. Two new teeth supposedly grew to take the place of the missing teeth.

In another account, Harald was given the name simply due to his notably protruding teeth. Most accounts seem to generally see the title as a complementary one that attests to his skill on the battlefield.

At the young age of 15, in 705 Harald ruled over Scania and Zealand, the two kingdoms making up what is now present-day Denmark. He decided to make a claim for Sweden’s throne since his mother’s family had formerly ruled. Despite his young age, Harald was able to successfully conquer Sweden and defend it from minor rulers attempting to lay claim to it.

Harald took control of the areas of England that had been conquered by Ivar Vidfamne and appointed a hierarchy of minor kings and jarls in order to pay him tribute. [22] Depending on the source, Harald has a number of sons linked to him, including several that later go on to become kings.

Perhaps the most interesting fact about Harald Wartooth is his death. Vikings believed a death on the battlefield meant an afterlife in Valhalla, a sacred realm reserved for honored warriors. [23]

Realizing he was dying of old age, Harald suggested to Hring, king of Sweden, to have a battle so that he could die in battle instead of in bed. By this time Harald was blind, and he rode out in a chariot into the fray with a sword in each hand. He died in this battle.

Sigfred

From approximately 777 to 798, the lands of present-day Denmark were ruled by Sigfred. He is thought to have succeeded Harald Wartooth as the king, but there is no conclusive evidence of the throne’s timeline.

According to Einhards Jahrbücher, Sigfred might be associated with the Swedish King Sigurd Hring, who defeated Harald Wartooth on the battlefield. [24] Sigurd Hring is considered the father of the notable Viking hero Ragnar Lodbrok, who would be chronicled in many sagas over the years. [25]

By the same source, it has also been suggested that Sigfred might be the son of Ongendus, but this seems less likely as it would place nearly 50 years between the two.

Ragnar Lodbrok

According to Saxo Grammaticus, Ragnar ruled as the Danish and Swedish King during the early 800s. He is a popular figure among legends and sagas, but the accounts of his deeds are wildly varying and there is much debate as to whether he even existed as a singular person.

In the Historical Dictionary of the Vikings, Katherine Holman states that it is very likely that Ragnar is an “amalgam of historical figures and literary invention.” [26] Thus, Ragnar may have merely been a fictional character that compiled reassigned elements of truth from various rulers of the time.

Whatever the case, it is generally accepted that Ragnar had several sons. Holman lists these to include Ivar the Boneless, Halfdan Ragnarsson, Bjorn Ironside, Ubba, Hvitserk, and Sigurd Snake-in the-Eye, although Hvitserk’s credibility is more doubtful than the others. These sons would go on to hold various positions of power in the Viking empire.

Gudfred

Ruling from 804 to 810, Gudfred is one of the first Danish kings from the Viking era who has substantial records available to verify his reign. [27] He sought to conquer lands in western Europe, specifically battling the Franks under Charlemagne, but didn’t make much headway overall during his period of rule.

Gudfred was able to acquire a fair amount of Eastern European lands, forcing Slavic people to pay tribute to him. Gudfred is also thought to have made significant contributions to the reinforcement of Dannevirke due to his desire to protect the Viking Danish lands from the Franks to the South. Dannevirke helped establish a protective wall on the border with Saxony. [28]

According to an account by Notker of St Gall, Gudfred was murdered by his own son with a sword while he was falconing. The motivation behind the murder was said to be due to the fact Gudfred had abandoned his wife and the son wished to avenge his mother’s honor. [29]

Halfdan Ragnarsson

Halfdan Ragnarsson is believed to be one of the sons of Ragnar Lodbrok. [30] He would share the Danish throne with his brother, Sigurd Snake-in-the-eye.

In 865, he led the Vikings in what was known as the Great Heathen Army and invaded England, fighting against King Alfred the Great. Along with his brothers, Halfdan was able to successfully invade East Anglia with the Great Heathen Army.

The Great Heathen Army would then go on to invade Northumbria and in 866 they captured York. Halfdan would come to be the main commander of the Viking forces in East Anglia and would continue to vie for Danish control of the area for many years to come. He would eventually die in battle in approximately 877.

Sigurd Snake-In-The-Eye

The brother of Halfdan Ragnarsson, Sigurd earned his unique name due to what is thought to be a physiological defect in his eye that was in the shape of a snake or dragon. He is considered a semi-legendary Viking warrior and ruled the lands of Denmark in the mid to late 9th century. [31]

It is uncertain when Sigurd died, and there is some thought he may have become the sole king of Denmark after the death of his brother, Halfdan Ragnarsson, in 873.

Olaf the Brash

Unfortunately, very little is known about Olaf the Brash, and the only evidence of his reign is given by a German medieval scholar named Adam of Bremen, about which there is also very little known beyond his historical chronicles. [32]

Olaf the Brash is thought to have ruled Denmark in the 900s, usurping power from another leader named Helge, who is also only known through Adam of Bremen’s accounts. Olaf is thought to have been a Viking leader who came from Sweden and conquered Denmark. Very little else is known, other than he had numerous sons who would continue his dynasty for several more generations.

Gorm the Old

Perhaps one of the most famous of the Danish rulers during the Viking era, Gorm the Old reigned over Denmark from approximately 936 to 958. [33]

He also was the father of Harald Bluetooth, another considerably famous king of Denmark. Gorm is frequently cited as the true beginning of the Danish royal line due to the fact his reign is beyond doubt, unlike previously stated rulers.

The reign of Gorm the Old is mentioned by Adam of Bremen, the Rosklide Chronicle, the Jomsvikinge Saga, Olav Tryggvason’s Saga, Saxo Grammaticus, Sven Aggesen, Hauksbok Fagrskinna, and the Knylinge Saga. These accounts also make it clear that Gorm was a fierce Viking king and successfully ruled the lands until his death in 958.

Gorm ruled from Jelling, where he erected runic monuments that are still present today. This site is now considered a Unesco World Heritage Site. According to the World Heritage Site website, one of the monuments is a large stone that reads “King Gorm made this monument to his wife Thyra, Denmark’s ornament.”

Harald Bluetooth

Harald Bluetooth was the son of Gorm the Old and Queen Thyra. He is responsible for having established a runic stone at Jelling in honor of his father and mother. This stone is now part of the Unesco World Heritage Site at Jelling. [34]

Harald Bluetooth established a peace agreement with the Holy Roman Empire and converted to Catholicism, effectively increasing the Christian church’s influence over Denmark and Scandinavia. In addition to converting the Danes to Christianity, Harald was able to unite the various tribes of Denmark and Norway into one unified empire and one established religion.

Due to the fact he was able to unite these tribes, Bluetooth technology actually takes its name from Harald Bluetooth. [35] Jim Kardach, an engineer working on wireless technologies in the 1990s, saw a similarity in Harald’s unification of Scandinavia with what he hoped to accomplish among cellular and PC industries. The name was a winner and it still exists to this day, providing a modern-day call-back to a Viking king of Denmark.

It is thought that Harald Bluetooth died in 1070 at the hands of his son, Sweyn Forkbeard (grandfather to Sweyn II Estridsen.)

King Canute the Great

Canute, also known as Cnut, is thought to have been born between 985 and 995 AD and is often described as a fierce Viking leader. [36] Under his rule as a Danish prince, Canute’s forces were able to conquer the entirety of England with the exception of London in 1015.

In 1016, Canute would become the King of England as well as some Scandinavian lands as the result of a treaty drawn in 1015 between Canute and King Edmund of England.

Canute took no chances in regard to threats to his throne and was quick to execute or exile any who posed a potential claim to his kingdom. [37]

Canute would go on to become king of Denmark in 1019 and later, in 1028, additionally obtained the throne of Norway. This meant Canute controlled a huge empire that came to be called the North Sea Empire.

Due to the fact that Canute the Great ruled over the majority of Vikings, he was able to protect England from the violent raids that had been plaguing the country. This allowed the country to begin to rebuild and flourish.

Canute died in 1035. His illegitimate son, Harald I, would take control of England. Denmark would fall into the control of Canute’s son Hardicanute.

Hardicanute

Hardicanute, also known as Harthacnut, was the son of Canut and grew up in Denmark. In the mid 11th century, while Canute was away, Canute’s brother Ulf established the young Hardicanute as King of Denmark without the approval of Canute. [38]

Canute returned and executed Ulf but promised the Danish throne to be inherited by his son Hardicanute upon his death.

When Canute died in 1035, Hardicanute took over Denmark. His attempts to claim his father’s lands in England were thwarted by his half-brother Harald I.

Hardicanute was known for his love of alcohol and fine food, and in 1042 he died of what is generally presumed to be a stroke after years of excessive alcohol consumption and unhealthy eating habits.

Sweyn II Estridsen

Sweyn II Estridsen reigned as King of Denmark from 1047 to 1074. He was the son of a Danish earl and a sister of Canute I the Great. [39] His father was actually executed under the command of Canute, and Sweyn took refuge in Sweden for his own protection.

After Canute died in 1035 and Magnus of Norway took control of Denmark and became King in 1042, he appointed Sweyn as a viceroy.

While Magnus was away at battle in 1043, Sweyn claimed the Danish Viking throne. This inevitably resulted in a dispute with Magnus and his appointed successor, Harald Sigurdsson, and war broke out over the right to the Danish throne. [40]

Sweyn did not manage to defeat Harald’s forces, but Harald’s troops also did not effectively conquer Denmark because they preferred to plunder and raid rather than establish rule.

In 1064, the two leaders decided to resume control of their respective countries, with Harald taking control of Norway and Sweyn ruling Denmark, in order to pose a greater chance of victory when invading England.

In 1069, Sweyn’s forces were able to execute a successful attack on England and were left in an advantageous position. Rather than continuing to conquer, however, Sweyn formed an agreement with William I and peacefully retreated to Denmark.

Back in Denmark, Sweyn focused his attention on ridding the influence of the English church from the country and supporting the Danish Christian church. His efforts were unsuccessful, and the Viking age was already nearly dissolved.

After his death, the kingdom of Denmark would be ruled by five of his sons and his bloodline would control the throne for nearly 300 years.


Sweden's History

A military power in the 17th century, Sweden has not participated in any war in almost two centuries. An armed neutrality was preserved in both World Wars. Sweden's proven formula of a capitalist system with welfare elements was challenged in the 1990s by unemployment and in 2000-02 by the global economic downturn. Fiscal discipline over several years has improved things. Indecision over Sweden's role in the EU delayed its entry into the EU until '95, and they declined the Euro in '99.


Not only is our city harbours clean enough to swim in, but we are also used to drinking water from the tap. And you can enjoy this privilege as well during your stay because you'll find some of the world's cleanest tap water in Denmark.

And same-sex marriage was granted in 2012. If you want to celebrate love in all its forms, you ought to join in the annual pride celebrations happening throughout the country. We're also looking forward to hosting the World Pride event in Copenhagen in 2021.


Voir la vidéo: Denmark Nature Drone Footage 4K UHD with Relaxing Music for Stress Relief (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Coopersmith

    L'excellent message vaillamment)))

  2. Stefon

    Philosophiquement ainsi ...

  3. Kazikora

    Vous n'êtes pas correcte. Je peux défendre la position.



Écrire un message