Intéressant

Cardo III à Herculanum

Cardo III à Herculanum



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Visiter Herculanum: 11 meilleures attractions, conseils et visites guidées

Détruite en 79 après JC par la même éruption du mont Vésuve qui a englouti Pompéi, Herculanum a été ensevelie dans de la lave en fusion, au lieu des cendres qui recouvraient Pompéi. La ville d'environ 6 000 habitants était pendant des siècles enfermée dans une masse solide de pierre ponce et de cendres à une profondeur de 12 à 30 mètres.

Ce revêtement dur et profond formait un joint hermétique qui le protégeait des pillards et même des premières méthodes d'excavation, sauvant des artefacts et des détails inestimables qui ont été perdus à Pompéi. Et contrairement à Pompéi, toutes les découvertes et œuvres d'art, à l'exception des toutes premières, ont été laissées dans leurs lieux d'origine, non dépouillés pour être transportés vers des musées hors site, ce qui ajoute à l'expérience de la visite d'Herculanum.

Herculanum

De plus, au lieu d'un poids soudain de cendres tombant qui a écrasé les toits et les maisons effondrées à Pompéi, la lave qui s'écoule rapidement a rempli Herculanum à partir du sol, soutenant les murs et les toits alors qu'elle les enveloppait. Cela a préservé ses maisons à plusieurs étages, avec des portes et des escaliers, ainsi qu'une richesse de matière organique manquante à Pompéi.

Les meubles en bois, les textiles et même la nourriture et les squelettes nous en disent long sur la vie quotidienne ici, et ses fresques et mosaïques vives restent intactes. Pour ces raisons, et parce que le site est plus petit, moins encombré et que les attractions sont plus faciles à explorer, de nombreux touristes trouvent Herculanum plus intéressant que Pompéi. Les deux villes anciennes peuvent être combinées lors d'une excursion d'une journée au départ de Naples, ou Herculanum est facilement accessible lors d'une excursion d'une demi-journée depuis Sorrente.

Remarque : Certaines entreprises peuvent être temporairement fermées en raison de récents problèmes de santé et de sécurité dans le monde.


Maison de Galba (Casa di Galba) (Herculanum)

La maison de Galba à Herculanum porte le nom d'un buste de l'empereur Servius Sulpicius Galba. Cet empereur n'a pas marqué un long règne. Il remplaça l'empereur Néron en 68, mais l'année suivante il perdit son trône et mourut. Il est possible que la résidence appartienne à une famille qui a souffert du règne sanglant de Néron ou à quelqu'un qui aurait pu soutenir Galba. Le buste en argent brisé a été gravement endommagé, mais il a maintenant été restauré et est exposé à Naples au Musée archéologique national.

Comme pour les autres maisons d'Herculanum, la maison de Galba a été construite pendant la période samnite. L'entrée principale est située sur le côté droit de la rue, mais elle est toujours enfouie sous des roches volcaniques. Une grande partie du manoir est encore inconnue. La deuxième entrée, plus petite, est située du côté ouest de la rue Cardo III. Le couloir (a) mène directement au péristyle partiellement excavé (C). Il y a quelques restes de plâtre dans les murs du couloir, mais pas assez pour identifier facilement la décoration d'origine. Immédiatement à gauche de l'entrée se trouvent le coin cuisine (b) et les toilettes. Le péristyle pré-romain a été reconstruit à l'époque romaine, les colonnes d'origine des tufs doriques étaient recouvertes de plâtre et un pluteus ou une clôture basse a été inséré entre les colonnes. Au centre du péristyle se trouve un bassin cruciforme.

Certaines des salles autour du péristyle ont été fouillées, dont la plus imposante est l'Exedra (d) sur son côté oriental. Cette chambre est décorée dans le quatrième style, qui possède un pavillon central sur fond rouge, entouré de vues architecturales prometteuses. La plupart de la maison de Galba n'a pas encore été révélée, d'autant plus qu'elle s'étend à Cardo II. On suppose que la partie cachée comprend la boutique Taberna (e), au nord de l'entrée secondaire de Cardo III. Derrière le magasin, un escalier a été construit qui menait au dernier étage.


Comment se rendre à Pompéi

Naples est le point de départ idéal pour explorer Pompéi. Située à seulement 25 km de Naples, Pompéi est facilement accessible en transports en commun. Vous pouvez prendre un train direct depuis la gare centrale de Naples sur la ligne Circumvesuviana Naples-Sorrento.

Le terminal Circumvesuviana de la gare centrale de Naples pour les trains à destination de Pompéi est également appelé gare Garibaldi. En général, vous pouvez facilement suivre les panneaux indiquant « Circumvesuviana ».

Une fois arrivé au terminal, vous pouvez acheter un ticket à la billetterie ou dans un bureau de tabac (recherchez le T rouge). Veuillez noter que vous ne pouvez payer qu'en espèces ici. Un aller simple coûte 2,60 EUR. Alternativement, je recommande fortement d'acheter l'ArteCard à l'avance qui comprend les transports en commun dans toute la région.

Après avoir acheté votre billet, vous passez les portes et dirigez-vous vers le quai 3 d'où partira votre train. En moyenne, il y a environ 2-3 trains Circumvesuviana par heure au départ de Naples à destination de Pompéi.

Vous pouvez consulter les horaires des trains Circumvesuviana ici. Le trajet en train entre Naples et Pompéi dure généralement de 35 à 40 minutes, mais la connexion la plus rapide vous y conduit en 25 minutes environ.

Veuillez faire attention à vos effets personnels sur la plate-forme car les petits vols sont relativement courants ici. Normalement, il y a du personnel de sécurité sur la plate-forme.

Pompéi peut également être visité lors d'une excursion d'une journée au départ de Rome. Les trains rapides à grande vitesse entre Rome et Naples ne prennent qu'un peu plus d'une heure et il y a plus de 30 liaisons par jour. Ainsi, pour une excursion d'une journée de Rome à Pompéi, la meilleure option est de prendre le train de Rome à Naples.

Prenez ensuite la Circumvesuviana (comme mentionné ci-dessus) de Naples à Pompéi. Vous devriez prendre un train tôt le matin depuis Rome afin d'arriver tôt à Pompéi afin de tirer le meilleur parti de votre voyage.

Vous avez également la possibilité de faire cette visite guidée très appréciée de Rome à Pompéi, mais pour ceux qui aiment voyager de manière indépendante, la visite en train est une expérience très simple et enrichissante.

Si vous prévoyez de visiter Pompéi lors d'une excursion d'une journée au départ de Sorrente, suivez simplement la Circumvesuviana en direction de Naples. Le trajet en train de Sorrente à Pompéi dure entre 25 et 30 minutes. Les billets coûtent 2,10 EUR.


Herculanum de l'éruption de 79 à la période médiévale : analyse des sources documentaires, iconographiques et archéologiques, avec de nouvelles données sur le début de l'exploration de la ville antique 1

Cet article, divisé en deux parties principales, analyse d'abord les données archéologiques pour un retour au site d'Herculanum après sa destruction lors de l'éruption de 79. Les preuves comprennent une nécropole au-dessus de la ville romaine, ainsi que des sépultures et d'autres découvertes dans la région d'Herculanum jusqu'à la fin de la période antique. La deuxième partie examine comment la colonie médiévale de Resina s'est développée sur l'ancienne Herculanum et comment de nouvelles recherches archéologiques ont démontré que des tunnels étaient déjà en cours pour récupérer du marbre et des matériaux de construction dans la ville romaine au XIVe siècle. Cela s'est produit sporadiquement, mais il semble avoir continué, sans être continu, au cours des siècles suivants et est antérieur de plusieurs siècles à la soi-disant « re-découverte » d'Herculanum en 1710, qui a eu lieu plus de vingt ans avant le début de fouilles systématiques en 1738.


Herculanum (Italie)

Le site de l'ancienne Herculanum est situé sous l'Ercolano moderne entre le Vésuve et la baie de Naples. Le site - situé entre deux ruisseaux - est maintenant à une certaine distance de la baie, mais avant l'éruption du Vésuve en 79 de notre ère, Herculanum était situé directement sur ses rives. Herculanum a été contrôlé par les Samnites à partir du 5ème siècle avant notre ère et est passé sous l'influence de Rome à partir de 307 avant notre ère. Elle, avec Pompéi, s'est révoltée contre Rome lors de la guerre sociale et a été conquise par Titus Didius, un légat de Sylla, en 89 avant notre ère et est devenue un municipium (ville avec droits civils romains).
Contrairement à Pompéi, la majeure partie du site d'Herculanum n'a pas été fouillée. Ceci est en grande partie dû à la difficulté d'enlever les morts-terrains plus épais et plus denses, résultant de la solidification de la boue et des cendres qui ont enseveli la ville. Initialement, le site a été excavé via un système de puits et de tunnels. Au cours du XXe siècle, une zone comprenant huit insulae (îlots) et une partie du decumanus maximus (rue principale) a été mise au jour par des fouilles à ciel ouvert. En conséquence, une grande partie des systèmes d'aqueduc et d'égout reste à découvrir.

Herculanum et Pompéi

Les effets de l'éruption du Vésuve de 79 EC ont été assez différents pour les villes environnantes : Pompéi a été confrontée à un gouffre de cendres et de lapilli (&lsquolittle cailloux&lsquo : fragments de roche formés par un jet de lave). Mais une coulée pyroclastique (pierres, pierre ponce, lapilli, vapeur d'eau et gaz - jusqu'à 500 degrés C) a frappé Herculanum plus tard, suivie d'une inondation de boue. C'est pourquoi les effets étaient différents pour les deux villes, voir les poutres carbonisées à Herculanum, absentes à Pompéi.
Une description vivante de l'éruption et de l'opération de sauvetage de son oncle Pline l'Ancien se trouve dans deux lettres de Pline le Jeune écrites à Tacite, (Lettres 6.16 et 6.20)

Approvisionnement en eau

Jusqu'à présent, l'aqueduc actuel ni le castellum divisorium (la principale station de distribution d'eau) d'Herculanum n'ont été trouvés. Compte tenu des (minces) couches calcaires (appelées agglomérés) trouvées à différents endroits du système d'approvisionnement en eau, l'eau d'Herculanum aurait pu provenir du principal aqueduc d'Aqua Augusta au nord du mont Vésuve, ou d'une source inconnue jusqu'à présent à proximité.

Avant le système de canalisation, l'eau pour les habitants d'Herculanum provenait des deux ruisseaux à proximité, des puits publics et privés et des citernes souterraines alimentées en eau de pluie. Il y avait pas mal de maisons où l'eau de pluie était directement envoyée à l'égout, ce qui suggère que le vaste réseau de puits garantissait un accès direct à la nappe phréatique.
Et cette eau était de bonne qualité, voir l'encadré d'information.

Soins des dents

Un résultat intéressant d'une étude de squelettes trouvés près de l'ancienne plage d'Herculanum a été la très faible incidence de caries dentaires, selon les normes anciennes ou modernes. Une enquête plus poussée sur les dents a révélé des concentrations très élevées de fluor chez six des huit individus étudiés. L'explication la plus probable est qu'Herculanum disposait d'un approvisionnement en eau fluorée, des millénaires en avance sur son temps. Contrairement aux systèmes fluorés modernes, il semble que le fluor n'ait pas été ajouté intentionnellement au réseau d'aqueduc, mais qu'il s'agissait d'un composant naturel des eaux souterraines du site.
Les deux individus avec une concentration dentaire négligeable en fluor peuvent avoir soit bu presque entièrement de l'eau des systèmes d'eau de pluie, soit avoir eu l'extrême malheur d'avoir été des visiteurs de la ville le 24 août 79 EC.
De : D. Keenan-Jones (2005)

Infrastructure d'eau courante

Le système d'alimentation en eau de l'aqueduc a probablement été introduit sous le règne d'Auguste. Comme déjà dit : ni la conduite d'alimentation en eau à l'extérieur de la ville ni le castellum divisorium (station de distribution d'eau) ne sont encore trouvés.

En dehors de trois tours privées dans les locaux de trois maisons, il n'y a que deux châteaux d'eau publics excavés jusqu'à présent. Les tours - chacune d'environ 1 x 1 m de large et actuellement 2,7 et 2,4 m de haut - étaient équipées de bosquets verticaux et d'une boîte en plomb (environ 1 x 1 x 1 m) au sommet. Comme les tours de Pompéi, les tours ont été construites pour réduire la pression de l'eau car Herculanum a également été construite sur un plateau en pente. L'autre fonction des tours était la distribution de l'eau entre ses utilisateurs dans le voisinage direct vers lequel l'eau était acheminée au moyen de canalisations en plomb.

Sur le côté est du château d'eau nord, deux inscriptions latines ont été trouvées. Le premier - le plus récent de 60 - 70 CE - se lit comme suit :


CIL 4.10488
M. [ALF]CIUS PA[UL]US
AEDIL[EST]
[SI QU] EST VELIT DANS HUNC LOCUM
STERCUS ABICERE MONETUR N[ON]
[LICERE] IACERE SIQUIS ADUER[SUS EA]
I[N]DICIUM FECERIT LIBERI DENT
[DENA]RIUM N SERVI VERBERIBUS
[I]N SEDIBUS ATMONENTUR

De : Schubring 1962

En traduction :
M. [ALF]ICIUS PA[U]LUS
ÉDILE
[SI ANY] QUI SOUHAITE ÉLIMINER LES BOUES
DANS CE LIEU, IL EST AVISÉ QU'IL N'EST PAS
[PERMIS]. SI QUELQU'UN AGIT CONT[RAIRE]
A CET AVIS, LES PERSONNES LIBRES DOIVENT ABANDONNER
[? DENA]RII. LES ESCLAVES SERONT PUNIS PAR
BATTANT [T]LEURS ARRIÈRES

Traduction de Ducan Keenan-Jones (2005)

L'entretien de l'aqueduc, des rues et des égouts était l'un des devoirs des édiles - magistrats subalternes. Le but de l'arrêté aura été de sauvegarder la pureté du réseau d'eau notamment de la fontaine publique à proximité, et/ou de garder les rues propres des excréments.

L'autre inscription plus ancienne (50 ap. J.-C.) se trouve sous la précédente et se lit comme suit :


M. RUFELLIUS RO[MANUS?] ===== A. TETTEIUS SE[VERUS?]
II VIR[I IURE] ===== DIC(UNDO).
B(ONUM) F(ACTUM). AD LAEV[ET. ]. ===== [. ]PU[. ]ERTE UT[ . ]PE[. ]E
[E]DICEMUS HS XX SI [PRIM- vel LIBER]OS T[ .. ] PRAESENT[.. ] === HS N. SERVOM VERBERIBUS COERCUERAMUS

Extrait de : Corpus Inscriptionum Latinarum (CIL) vol IV supplementi pars III (1952 - 1970) En traduction :

M. RUFELLIUS RO[MANUS ?] A. TETTEIUS SE[VERUS ?]
DUOVIR[I IURE] DIC(ANNULER)
QUE CE SOIT UNE BONNE ACTION ! À GAUCHE(?). CETTE.
NOUS PROCLAMONS 20 SESTERTII SI LES GENS LIBRES (?)
SESTERTII. PRÉSENT. NOUS PUNIRONS LES ESCLAVES AVEC
BATTEMENTS

Traduction de Ducan Keenan-Jones (2005)

Utilisateurs d'eau

Les châteaux d'eau étaient les instruments d'alimentation des fontaines publiques, des maisons privées, des ateliers et des bains d'Herculanum.
Jusqu'à présent, trois fontaines ont été fouillées : la fontaine de Vénus (nord - capacité 2,9 m3), la fontaine d'Hercule (nord-est - 2,5 m3) et la fontaine de Neptune (est - 1,8 m3), en calcaire comprenant des images sculptées sur les pierres tombales. La capacité des fontaines d'Herculanum (moyenne des fontaines connues 2,4 m3) semble plus importante que celles de Pompéi (la plupart environ 1 m3 chacune) ce qui peut souligner l'importance de l'approvisionnement public en eau à Herculanum.

A quelques endroits des tuyaux en plomb sont visibles in situ dans les trottoirs des rues principales, comme ceux du côté nord du cardo IV, presque devant le château d'eau nord à l'un des tuyaux un embranchement a été fait pour la maison privée d'Apollon le joueur de lyre (V.9). Seules quelques (12) autres maisons (dont certaines avec un nymphée privé) avaient un raccordement privé au réseau public d'approvisionnement en eau. Probablement certains ateliers auront aussi eu un raccordement mais actuellement on ne sait qu'une seule fois (de la Maison avec la mosaïque de Neptune et d'Amphitrite) que l'approvisionnement public en eau alimentait un magasin, en l'occurrence un lavoir.
Du côté sud du Decumanus Maximus, à l'ouest du château d'eau nord, l'atelier d'un plombier (plombier) a été identifié, mais sans raccordement à l'eau.

Deux établissements de bains ont été fouillés jusqu'à présent : les bains de banlieue, avec un raccordement présumé à l'eau courante, et les bains du Forum. Avant la construction de l'aqueduc, ce dernier était alimenté en eau d'un puits local plus un seaux et un mécanisme à chaîne.

Le texte a été dérivé et en partie copié de la littérature présentée ci-dessous.


Conclusion

Les restes de nourriture marine de l'égout Cardo V offrent un aperçu de la consommation de poissons et de crustacés des habitants d'Herculanum. Bien qu'il soit très probable que des conserves de poisson, à la fois salées et fermentées (sous forme de sauces de poisson), aient été consommées, il n'a pas été possible de le démontrer sans équivoque. Il semble probable que presque tous les poissons auraient été pêchés dans et autour de la baie de Naples, à l'aide de petits bateaux similaires au gozzo en usage aujourd'hui et utilisant des équipements similaires, dont certains ont été conservés archéologiquement (Bekker-Nielsen 2010 Marzano 2013 : 28-32), ou par des filets à la senne depuis le rivage comme cela s'est produit au 20e siècle. Les coquillages étaient probablement principalement ramassés sur le rivage, mais des bateaux étaient également utilisés. Il a été suggéré que la surpêche avait entraîné l'épuisement des stocks de poissons même à l'époque romaine. Bien que le poisson apparaisse souvent comme une ressource de luxe, ornant les tables de l'élite (pour des exemples, voir Marzano 2013 : 287-9), les petits et minuscules poissons généralement trouvés dans les échantillons d'égout devaient être relativement bon marché, car ces types de poissons pouvaient être capturés en grande quantité et les assemblages n'indiquent pas de sélection significative en termes de taille ou d'espèce. Juvénal (Sam. 5. 92-96 dans Green 1974) commente que la Méditerranée a été surexploitée de sorte que les poissons dans les eaux italiennes n'atteignaient pas de grandes tailles, et (comme mentionné ci-dessus) selon Pline l'Ancien, l'empereur Tibère était engagé dans la gestion de la pêche, ayant des napoléons (poisson perroquet ?) transporté vivant pour repeupler les eaux entre l'embouchure du Tibre et Ostie (Pline HN 9.29 Boetto 2010 : 247). Bien qu'il soit tentant d'utiliser l'assemblage des égouts de Cardo V comme preuve d'une surpêche puisque la grande majorité des ossements provenaient de poissons de petite taille et dans de nombreux cas de juvéniles, ce qui indique peut-être que les poissons de plus grande taille étaient rares, le fait que ces poissons semblent avoir été disponible en quantité suggère une ressource durable avec une gamme d'espèces similaire à celle trouvée dans ces eaux aujourd'hui. Comme le souligne Koutrakis (ce volume), malgré une pêche systématique et une transformation du poisson à grande échelle, les preuves disponibles indiquent qu'avant l'ère industrielle, les stocks de poissons étaient résilients et le niveau de pêche était durable.


Le squelette dans le Collège Augustalium

Les archéologues ont découvert le squelette en question dans les années 1960. C'était dans une petite pièce, dans le Collège Augustalium d'Herculanum, le siège du culte d'Auguste, qui se trouve à la jonction entre le Decumanus Maximus d'Herculanum et le Cardo III.

Le corps appartenait à un homme de 25 ans, soupçonné d'être le Collège’s le concierge. Il était allongé sur le ventre sur un lit en bois au moment de sa mort, avant d'être enseveli sous les cendres volcaniques. Comme pour les corps sur la plage et dans les hangars à bateaux d'Herculanum, le squelette était carbonisé et son crâne avait éclaté à cause de la chaleur intense qui a causé la mort. Cependant, il y avait quelque chose d'inhabituel à propos de cette victime qui n'a été découvert que lorsque le Dr Petrone et son équipe ont commencé à enquêter.

Cerveau Fragments vitrifiés. Utilisé avec la permission de Pierpaolo Petrone. Droit d'auteur 2020.

Un cerveau vitrifié

Il est extrêmement rare que le tissu cérébral humain survive dans un contexte archéologique. Si du tissu cérébral est découvert, il est généralement saponifié, ce qui signifie qu'il s'est décomposé en ce qui est essentiellement du savon. Cependant, lorsque le Dr Petrone a vu pour la première fois les restes de la victime du collège, il s'est rendu compte qu'ils étaient uniques surtout par rapport aux victimes d'Herculanum dans les hangars à bateaux, où il a fouillé entre 1997-1999.

Après un examen attentif, le Dr Petrone a remarqué des fragments inhabituels dans les restes du crâne de la victime. Le crâne semblait contenir un "matériau vitreux" que l'on ne trouve nulle part ailleurs dans le squelette - ou dans les cendres volcaniques qui l'entourent.

Le Dr Piero Pucci du CEINGE (Centre de génie génétique et de biotechnologie avancée, Naples) a examiné les fragments à l'aide d'une analyse protéomique. Il a ensuite découvert plusieurs protéines présentes dans les tissus cérébraux humains, ainsi que des acides gras humains et des composants des cheveux humains. Sa conclusion était que les fragments étaient le cerveau de la victime - transformé en verre par les températures élevées qui l'ont tué.

La vitrification est généralement obtenue en chauffant un matériau jusqu'à ce qu'il se liquéfie, puis en refroidissant rapidement le liquide afin qu'il passe par la transition vitreuse pour former un solide vitreux., " a expliqué le Dr Petrone dans une interview avec Histoire et archéologie en ligne. “C'est la même séquence d'événements qui a dû se produire dans le cas de la victime du Collège : le cerveau - en particulier ses acides gras - exposé aux cendres volcaniques chaudes, a d'abord été liquéfié puis immédiatement transformé en verre -like par le refroidissement rapide du dépôt de cendres.

Fragments de cerveau vitrifié dans le crâne. Utilisé avec la permission de Pierpaolo Petrone, copyright 2020.

Herculanum

Herculanum / h ɜːr k j ˈ l eɪ n i ə m / (italien : Ercolano) était une ancienne ville, située à l'époque moderne commune d'Ercolano, Campanie, Italie. Herculanum a été enterré sous des cendres volcaniques et de la pierre ponce lors de l'éruption du Vésuve en 79 après JC.

Comme la ville voisine de Pompéi, Herculanum est célèbre comme l'une des rares villes anciennes à être préservée plus ou moins intacte, sans accrétions ni modifications ultérieures. L'épaisse couche de cendres qui recouvrait la ville la protégeait également contre le pillage et les éléments. Contrairement à Pompéi, le matériau principalement pyroclastique qui recouvrait Herculanum carbonisait et préservait davantage de bois dans des objets tels que les toits, les lits et les portes, ainsi que d'autres matériaux à base organique tels que la nourriture et le papyrus.

L'histoire traditionnelle veut que la ville ait été redécouverte par hasard en 1709, lors du creusement d'un puits. Des vestiges de la ville, cependant, ont déjà été trouvés lors de travaux de terrassement antérieurs. [1] Dans les premières années après sa redécouverte, des tunnels ont été creusés sur le site par des chasseurs de trésors et de nombreux artefacts ont été retirés. Des fouilles régulières ont commencé en 1738 et se sont poursuivies depuis, quoique par intermittence. Aujourd'hui, seule une partie du site antique a été fouillée, et l'attention et les fonds se sont déplacés vers la préservation des parties déjà fouillées de la ville, plutôt que de se concentrer sur la découverte de plus de zones.

Bien qu'elle soit plus petite que Pompéi, Herculanum était une ville plus riche. [2] C'était une retraite balnéaire populaire pour l'élite romaine, ce qui se reflète dans l'extraordinaire densité de maisons grandioses et luxueuses avec, par exemple, une utilisation beaucoup plus somptueuse de revêtements en marbre coloré. Les bâtiments célèbres de la ville antique comprennent la Villa des Papyris et les soi-disant « maisons à bateaux », dans lesquelles les restes squelettiques d'au moins 300 personnes ont été trouvés.

Histoire d'Herculanum

Dionysos d'Halicarnasse déclare que le héros grec Héraclès (Hercule en latin) fonda la ville. [3] Cependant selon Strabon, les Osques ont fondé le premier règlement [4] et ils ont été suivis par le contrôle étrusque puis grec. Les Grecs ont nommé la ville Héraklion et l'a utilisé comme poste de traite en raison de sa proximité avec le golfe de Naples. Au 4ème siècle avant JC, Herculanum passa sous la domination des Samnites jusqu'à ce qu'elle devienne une romaine municipe en 89 avant JC, quand, ayant participé à la guerre sociale ("guerre des alliés" contre Rome), il fut vaincu par Titus Didius, un légat de Sylla.

Après l'éruption du Vésuve en 79 après JC, Herculanum a été enterré sous environ 20 m (66 pi) de cendres. Il resta caché et en grande partie intact jusqu'à ce que les découvertes de puits et de tunnels deviennent progressivement plus largement connues, et notamment à la suite des explorations du prince d'Elbeuf au début du XVIIIe siècle. [5] Les fouilles ont continué sporadiquement jusqu'à nos jours et aujourd'hui de nombreuses rues et bâtiments sont visibles, bien que plus de 75 % de la ville restent enterrés. Aujourd'hui, les villes italiennes d'Ercolano et de Portici se trouvent sur le site approximatif d'Herculanum. La ville d'Ercolano s'appelait Resina jusqu'en 1969, date à laquelle, en l'honneur de la vieille ville, le nom a été changé en "Ercolano", la modernisation italienne de l'ancien nom.

Éruption de 79 après JC

Sur la base de fouilles archéologiques et de deux lettres de Pline à l'historien romain Tacite, le déroulement de l'éruption peut être reconstitué. [6]

Vers 13h00, le mont Vésuve a commencé à cracher des matériaux volcaniques à des milliers de mètres dans le ciel. Lorsqu'il atteignit la tropopause, le sommet de la colonne s'aplatit, incitant Pline à le décrire à Tacite comme un pin parasol. Les vents dominants à l'époque soufflaient vers le sud-est, provoquant la chute des matériaux volcaniques principalement sur la ville de Pompéi et ses environs. Comme Herculanum se trouvait à l'ouest du Vésuve, il n'a été que légèrement affecté par la première phase de l'éruption. Alors que les toits de Pompéi se sont effondrés sous le poids des chutes de débris, seuls quelques centimètres de cendres sont tombés sur Herculanum, causant peu de dégâts mais incitant néanmoins la plupart des habitants à fuir.

A 1h00 du matin le lendemain, la colonne éruptive, qui s'était élevée dans la stratosphère, s'effondre sur le Vésuve et ses flancs. La première vague pyroclastique, formée d'un mélange de cendres et de gaz chauds, a dévalé la montagne et traversé la ville d'Herculanum en grande partie évacuée à 160 km/h (100 mph). Une succession de six coulées et crues a enseveli les bâtiments de la ville, causant peu de dégâts dans certains quartiers et préservant structures, objets et victimes presque intacts. Cependant, dans d'autres domaines, il y a eu des dommages importants, renversant des murs, arrachant des colonnes et d'autres gros objets [7] une statue en marbre de Marcus Nonius Balbus près des bains a été soufflée à 15 m et un squelette carbonisé a été retrouvé soulevé à 2,5 m au-dessus du sol niveau dans le jardin de la Maison du Relief de Télèphe. [8]

La date de l'éruption s'est avérée être le ou après le 17 octobre. [9] Le soutien à une éruption d'octobre/novembre est connu depuis longtemps à plusieurs égards : les personnes enterrées dans les cendres portaient des vêtements plus lourds que les vêtements d'été légers typiques d'août les fruits et légumes frais dans les magasins sont typiques d'octobre - et inversement les les fruits d'été typiques du mois d'août étaient déjà vendus sous forme séchée ou conservée. Des jarres de fermentation de vin avaient été scellées, ce qui se serait produit vers la fin octobre. Septembre. [dix]

Des recherches multidisciplinaires récentes sur les effets mortels des poussées pyroclastiques dans la région du Vésuve ont montré qu'à proximité de Pompéi et d'Herculanum, la chaleur était la principale cause de décès de personnes que l'on pensait auparavant mortes par suffocation par les cendres. Cette étude montre que l'exposition aux surtensions, mesurant au moins 250 °C (480 °F) même à une distance de 10 kilomètres de l'évent, était suffisante pour provoquer la mort instantanée de tous les résidents, même s'ils étaient abrités à l'intérieur des bâtiments. [11]

Archéologie

Le prince d'Elbeuf a commencé à construire une villa à proximité de Granatello et pour la meubler, il s'est intéressé aux histoires locales de puits révélant des statues anciennes et des œuvres d'art. [12] En 1709, il a acheté le terrain d'un puits récent et a creusé un tunnel à partir du fond du puits, rassemblant toutes les statues qu'ils pouvaient trouver. Le puits a révélé quelques statues exceptionnelles aux niveaux les plus bas qui se sont avérés être le site du théâtre. Parmi les premières statues récupérées figuraient les deux femmes d'Herculanum superbement sculptées [13] maintenant dans le Dresden Skulpturensammlung. [14] L'excavation a été arrêtée en 1711 par crainte de l'effondrement des bâtiments ci-dessus.

D'importantes fouilles ont repris en 1738 sous le patronage de Charles III d'Espagne lorsqu'il a commencé la construction de son palais voisin à Portici. Il a employé l'ingénieur militaire espagnol Rocque Joaquin de Alcubierre pour superviser les nouveaux travaux intensifs. La publication élaborée qui en a résulté L'Antichità di Ercolano ("Les Antiquités d'Herculanum") ont eu un effet sur le néoclassicisme européen naissant hors de toute proportion avec sa diffusion limitée à la fin du XVIIIe siècle, des motifs d'Herculanum ont commencé à apparaître sur des meubles élégants, des peintures murales décoratives et des tables tripodes aux brûle-parfums et tasses à thé. Cependant, les fouilles ont cessé après de vives critiques en 1762 par Winckelmann des méthodes de chasse au trésor employées, et une fois que la ville voisine de Pompéi a été découverte, ce qui était beaucoup plus facile à creuser en raison de la couche de débris plus mince recouvrant le site (4 m contre 20 m d'Herculanum).

En 1828, sous le nouveau roi François Ier, de nouvelles fouilles ont été commencées afin d'exposer les restes à l'air libre et des terres ont été achetées, bien que cela ait été arrêté en 1837. Sous le gouvernement italien en 1868, d'autres achats de terres ont été effectués et les fouilles se sont poursuivies. vers l'est jusqu'en 1875. [15]

De 1927 à 1942, une nouvelle campagne de fouilles a été commencée par Amedeo Maiuri sous le régime Mussolini, qui a exposé environ quatre hectares de la ville antique dans le parc archéologique qui est visible aujourd'hui.

Les fouilles ont repris brièvement dans la ville en 1980-1981 sur l'ancien rivage à la suite duquel les squelettes des soi-disant « maisons à bateaux » ont été retrouvés.

De 1996 à 1999, la grande zone au nord-ouest du site a été fouillée et exposée, y compris une partie de la Villa des Papyri, les bains du nord-ouest [16] la Maison des reliefs dionysiaques [17] et un grand monument effondré. Cette zone a été laissée dans un état chaotique et de 2000 à 2007, d'autres travaux sur la conservation de cette zone ont été effectués.

De nombreux bâtiments publics et privés, y compris le complexe du forum, doivent encore être fouillés.

Le tracé classique des rues sépare la ville en blocs (insulae), défini par l'intersection des rues est-ouest (cardi) et nord-sud (decumani). Par conséquent, Insula II - Insula VII fonctionnent dans le sens inverse des aiguilles d'une montre à partir d'Insula II. A l'est se trouvent deux blocs supplémentaires : Orientalis I (oI) et Orientalis II (oII). Au sud d'Orientalis I (oI) se trouve un groupe supplémentaire de bâtiments connu sous le nom de « Suburban District » (SD). Bâtiments individuels ayant leur propre numéro d'entrée. Par exemple, la Maison du Cerf est labellisée (Ins IV, 3).

Le Forum, les temples, le théâtre, de nombreuses maisons et nécropoles sont encore enterrés à Herculanum.

La ville était entourée de murs de 2 à 3 mètres d'épaisseur, datant du IIe siècle av. Comme à Pompéi, les murs ont perdu leur fonction défensive après la guerre sociale et ont été incorporés dans des bâtiments à proximité, par exemple la maison de l'auberge.

Un seul drain principal a été trouvé, le long du cardo III, qui recueillait l'eau du Forum et des impluviums des maisons, des latrines et des cuisines qui surplombaient cette rue, tandis que d'autres drains se déversaient directement dans la rue, à l'exception de ceux des latrines qui étaient équipés d'un puisard. fosse. Pour l'approvisionnement en eau, la ville était directement reliée à l'aqueduc de Serino, construit à l'époque d'Auguste, qui amenait l'eau aux maisons par une série de tuyaux de plomb sous les routes, régulés par des vannes auparavant, des puits avaient été utilisés qui trouvaient de l'eau à une profondeur de entre huit et dix mètres.

Herculanum se trouvait juste au-dessus du niveau de la mer, mais maintenant des zones de la ville antique se trouvent jusqu'à 4 mètres sous le niveau de la mer en raison du bradyséisme qui affecte toute la région du Vésuve. [18]

La maison d'Aristide (Ins II, 1)

Le premier bâtiment de l'insula II est la maison d'Aristide. L'entrée donne directement sur l'atrium, mais les vestiges de la maison ne sont pas particulièrement bien conservés en raison des dommages causés par les fouilles précédentes. L'étage inférieur était probablement utilisé pour le stockage.

La Maison d'Argus (Ins II, 2)

La deuxième maison de l'insula II tire son nom d'une fresque d'Argus et Io qui ornait autrefois une salle de réception à côté du grand péristyle. La fresque est aujourd'hui perdue, mais son nom perdure. Ce bâtiment devait être l'une des plus belles villas d'Herculanum. La découverte de la maison à la fin des années 1820 était remarquable car c'était la première fois qu'un deuxième étage était mis au jour avec autant de détails. The excavation revealed a second floor balcony overlooking Cardo III, as well as wooden shelving and cupboards however, with the passing of time, these elements have been lost.

The House of the Genius (Ins II, 3)

To the north of the House of Argus lies the House of the Genius. It has been only partially excavated but it appears to have been a spacious building. The house derives its name from the statue of a cupid that formed part of a candlestick. In the centre of the peristyle are the remains of a rectangular basin.

The House of the Alcove (Ins IV)

The house is actually two buildings joined together. As a consequence of this it is a mixture of plain and simple rooms combined with some highly decorated ones.

The atrium is covered, so lacks the usual impluvium. It retains its original flooring of opus tesselatum and opus sectile. Off the atrium is a biclinium richly decorated with frescoes in the fourth style and a large triclinium which originally had a marble floor. A number of other rooms, one of which is the apsed alcove after which the house was named, can be reached via a hall which gets its light from a small courtyard.

College of the Augustales

Temple of the augustales or priests of the Imperial cult.

Central Thermae

The Central Thermae were bath houses built around the first century AD. Bath houses were very common at that time, especially in Pompeii and Herculaneum. Per common practice, there were two different bath areas, one for men and the other for women. These houses were extremely popular, attracting many visitors daily. This cultural hub was also home to several works of art, which can be found in various areas of the Central Thermae site.

Villa of the Papyri

The most famous of the luxurious villas at Herculaneum is the "Villa of the Papyri." It was once identified as the magnificent seafront retreat for Lucius Calpurnius Piso Caesoninus, Julius Caesar's father-in-law however, the objects thought to be associated with Lucius Calpurnius Piso Caesonius correspond more closely to a greatly standardized assemblage, and cannot indicate, with certainty, the owner of the villa. [19] The villa stretches down towards the sea in four terraces. Piso, a literate man who patronized poets and philosophers, built a fine library there, the only one to survive intact from antiquity.

Between 1752 and 1754 a number of blackened unreadable papyrus scrolls were serendipitously recovered from the Villa of the Papyri by workmen. These scrolls became known as the Herculaneum papyri or scrolls, the majority of which are today stored at the National Library, Naples. The scrolls are badly carbonized, but a large number have been unrolled, with varying degrees of success. Computer-enhanced multi-spectral imaging, in the infra-red range, helps make the ink legible. There is now a real prospect that it will be possible to read the unopened rolls using X-rays. [20] The same techniques could be applied to the rolls waiting to be discovered in the as-yet unexcavated part of the villa, eliminating the need for potentially damaging the rolls by unrolling them. In a later attempt to better read the writings on the scrolls, scientists put the scrolls through a CT scan. From this scan, scientists were able to see the structure of the scrolls' fiber, and see the sand and other dirt that had gotten into the scrolls through the years. Knowing the scrolls' structure made it easier to unroll without breaking. However, the text on the scrolls was still illegible. [21]

A team spent a month in summer 2009, making numerous X-ray scans of two of the rolls that are stored at the French National Academy in Paris. They hoped that computer processing would convert the scans into digital images showing the interiors of the rolls and revealing the ancient writing. They had hoped that re-scanning the rolls with more powerful X-ray equipment would reveal the text. The main fear, however, was that the Roman writers might have used carbon-based inks, which would be essentially invisible to the scans. That fear has turned out to be fact. [22] However, subsequent X-rays produced nothing legible. [23]

In 2015, a group of researchers headed by Italian physicist Vito Mocella used the method of X-ray phase-contrast tomography, which allowed scientists to increase the contrast between the carbon ink and the carbon-based papyrus so that the words could be read along the outer surface of the papyrus. Scientists were able to read the words written in Greek on the scrolls, marking the beginning of "a revolution for papyrologists". While researchers can identify certain words on the scrolls, there is still a long way to go before the stories on the scrolls are unlocked. [24]

Boathouses and the Shore

In 1980–82, under site administrator Dr. Giuseppe Maggi, excavations initially turned up more than 55 skeletons on the ancient beach (which was just in front of the town walls) and in the first six so-called boat sheds. [25] Because all of the excavations in the town had revealed only a few skeletons, it was long thought that nearly all of the inhabitants had managed to escape, but this surprising discovery led to a change of view. The last inhabitants waiting for rescue from the sea were killed instantly by the intense heat, despite being sheltered from direct impact. The study of victims' postures and the effects on their skeletons indicate that the first surge caused instant death as a result of fulminant shock due to a temperature of about 500 °C (930 °F). The intense heat caused contraction of hands and feet and possibly fracture of bones and teeth. [26]

After a period of mismanagement of the finds and deterioration of skeletons [27] further excavations in the 1990s revealed a total of 296 skeletons huddled close together in twelve arches facing the sea and on the beach, while the town was almost completely evacuated. The "Ring Lady" (see image), named for the rings on her fingers, was discovered in 1982.

Chemical analysis of the remains has led to greater insight into the health and nutrition of the Herculaneum population, particularly by Dr. Sara C. Bisel. [28]

Casts of skeletons were also produced, to replace the original bones after taphonomic study, scientific documentation and excavation. In contrast to Pompeii, where casts resembling the body features of the victims were produced by filling the body imprints in the ash deposit with plaster, the shape of corpses at Herculaneum could not be preserved, due to the rapid vaporisation and replacement of the flesh of the victims by the hot ash (ca. 500 °C). A cast of the skeletons unearthed within chamber 10 is on display at the Museum of Anthropology in Naples. [29]

Of exceptional interest is the recent analysis of one of the skeletons (no. 26) discovered in 1982 on the beach next to a naval boat (on display in the boat pavilion) which has identified it as that of a military officer (with an elaborate dagger and belt) perhaps involved in a mission to rescue residents. [30]

Issues of conservation

The volcanic ash and debris covering Herculaneum, along with the extreme heat, left it in a remarkable state of preservation for over 1600 years. However, once excavations began, exposure to the elements began the slow process of deterioration. This was not helped by the methods of archaeology used earlier in the town's excavation, which generally centered on recovering valuable artifacts rather than ensuring the survival of all artifacts. In the early 1980s and under the direction of Dr. Sara C. Bisel, preservation of the skeletal remains became a high priority. The carbonised remains of organic materials, when exposed to the air, deteriorated over a matter of days, and destroyed many of the remains until a way of preserving them was formed.

Today, tourism and vandalism have damaged many of the areas open to the public, and water damage coming from the modern Ercolano has undermined many of the foundations of the buildings. Reconstruction efforts have often proved counterproductive. However, in modern times conservation efforts have been more successful. Today excavations have been temporarily discontinued, in order to direct all funding to help save the city.

A large number of artifacts from Herculaneum are preserved in the Naples National Archaeological Museum.

Modern conservation

After years of mismanagement, Herculaneum fell into a dire state. However, in 2001, the Packard Humanities Institute began the Herculaneum Conservation Project, a private-public partnership. Initially the project set out to provide financial aid to the local authorities and address the truly critical areas of the site. Over time the goal changed to not only providing financial aid but to providing resources and skilled experts who could better tend to the site. The team went from addressing emergency conservation issues to creating a formula for the long term betterment of the site. Since 2001, the Herculaneum Conservation Project has been involved in multiple pilot conservation projects and has partnered with the British School in Rome to actively teach students how to maintain the site. [31]

One of the pilot projects started by the Conservation Project was on the tablinum that had been conserved by Maiuri's team in 1938. Over time water had managed to seep into the wall causing the paint to attach to the previously applied wax and curl away from the wall, stripping it of its color. However, after working in tandem with the Getty Museum, conservators have managed to create a technique where a series of solvents can be used to remove some of the wax and lessen the amount of buildup on the walls so that the paint no longer chips off of the walls. [32]

While the conservation efforts are still ongoing, Herculaneum has gone from one of the worst preserved UNESCO sites at risk of being put on the endangered list to becoming "a textbook case of successful archeological conservation". [33]


The following itinerary starts at the bottom of Cardo III:

The Casa dell&rsquoAlbergo was about to be converted into apartments for letting, hence its name. This vast patrician villa was one of the most badly damaged by the eruption.

The Casa dell&rsquoAtrio a mosaico takes its name from the chequered mosaic in the floor in the atrium. The garden on the right is surrounded by a peristyle. On the left are the bedrooms and at the far end, a pleasant triclinium (dining room). The terrace, flanked by two small rest rooms, offers an attractive view of the sea.

In the Casa a graticcio, the framework (graticcio) of the walls was formed by a wooden trellis. It is a unique example of this type of house from Antiquity.
With its façade remarkably well preserved, the Casa del Tramezzo carbonizzato is a good example of a patrician dwelling which housed several families. The atrium is separated from the tablinium (living room) by a wooden partition (tramezzo). Only the sides of partition remain standing.


Special Shore Excursions for cruisers with English-speaking guides to Sorrento, Pompeii, Herculaneum, Naples, Paestum, Ischia, Amalfi Coast, Capri and the other nice locations in Campania.
Ask us more information about the details of our offers: we use only local professional guides and air-conditioning Mercedes Vehicles with English-speaking drivers.

TAILOR MADE TOURS IN CAMPANIA

Flexibility and professionalism are some of the aspects which have made our Tailormade Tours ideal for visiting in one day spectacular places like Pompeii, Herculaneum, Capri, Amalfi Coast and so on.


Cardo III at Herculaneum - History

House of Argus: Herculaneum - News by www.guide-campania.it

POMPEII
» Amphitheatre
» Basilica
» House of Ancient Hunt
» House of Casca Longus
» House Caecilius Jucundus
» House of the Wild Boar
» House of Epidius Rufus
» House of the Faun
» House of the Large Fountain
» House of the Small Fountain
» House of Julia Felix
» House of Julius Polybius
» House of the Labyrinth
» House of Loreius Tiburtinus
» House of Lucretius Fronto
» House of Menander
» House of Paquius Proculus
» House of the Tragic Poet
» House of Sallust
» House of Trebius Valens
» House of Venus
» Gladiator's barracks
» Forum
» Triangular Forum
» Large Palaestra
» Lupanar (Brothel)
» Schola Armaturarum
» Large Theatre
» Odeion
» Temple of Apollo
» Temple of Isis
» Forum Baths
» Villa of Mysteries
HERCULANEUM
» House of Argus
» House of Albergo
» House of Mosaic Atrium
» House of Opus Craticium
» Termal Baths
» Hall of Augustals
» Basilica
» Forum
» House of Bicentenary
» House of the beatiful courtyard
» House of Neptune and Amphitrite
» House of the Stags
» Suburban Baths
» Palestra
» Villa of the Papyri

AMALFI COAST
» Positano
» Praiano
» Furore
» Conca of Marini
» Amalfi
» Ravello
» Atrani
» Minori
» Maiori
» Erchie

NAPLES
» Church of Santa Chiara
» Church S. Domenico M.
» Naples Cathedral
» Spaccanapoli
» Archaeological Museum
» Capodimonte Gallery
» Certosa of San Martino

ISLAND OF CAPRI
» Corsaire
» Anacapri
» Blue Grotto

PHLEGRAEAN FIELDS

» Pozzuoli
» Solfatara
» Cuma

Help us find other gay travelers on Your cruise ship for a great shared gay tour only for You !!

House of Argus
Herculaneum Ruins

The main entrance of the house opened onto Cardo II (not uncovered) today one enters either through an opening made by the Bourbons in the north wall of the atrium of the adjacent House of Aristides, or through its secondary entrance at n. 2 along Cardo III.

The name comes from the painting, no longer present, depicting Argus guarding Io, the nymph beloved by Zeus and turned into a heifer. Onto the large three-armed peristyle with stuccoed columns open the triclinium and other residential rooms and, on the western side, the passage through a second, smaller peristyle, whose columns are partly visible through the partially reopened Bourbon tunnels. The upper floor, lost after the open-air digs were abandoned in 1875, had small rooms used as a warehouse and facing the porticoed garden: here the excavators found an actual pantry, with flower and loaves ready to bake, as well as terra-cotta jars containing spelt, legumes, olives, almonds, and fruit.

Book our Shore Excursions for Pompeii, Capri, Naples, Amalfi Coast and You'll see and do more than the big-bus shore excursions offered by the cruise lines, as well as enjoying a more intimate experience of the sights and places visited. And You'll PAY LESS than the price of the big-bus shore excursions offered by the cruise lines.

Our Private Shore Excursions can be customized to suit your own particular needs.

Discounted Prices offered when You book two or more Cruise Ship Shore Excursions. We offer Shore Excursions from the ports of Civitavecchia, Livorno, Sorrento and Naples that depart directly from your cruise ship.

Create with us Your perfect holiday! Whatever Your individual requirements may be, You can be assured that we are expert at designing a personal itinerary in Italy, tailor-made specifically to Your needs. Your itinerary will be tailored around the time You have available to travel, Your sightseeing preferences, how many meals You would like included and most importantly Your budget. Let us take the hassle out of planning Your holiday by advising You on the most scenic routes with the quickest connections to save Your time. What&rsquos more, You can tweak our initial proposals, making all the adjustments You need, so it really is a that perfect dream holiday designed exclusively for You.


Voir la vidéo: Herculaneum, Italy Walking Tour in 4K (Août 2022).